Votre compte

Je suis une usine

Lunatique (editor)

Stéphane Prat (preface_by)


Le manuscrit de Je suis une usine est resté plus de quarante ans dans les papiers d’Yves Le Manach, à tel point qu’il en avait oublié jusque l’existence.
En 1973, son livre Bye Bye Turbin ! paraissait aux éditions Champ Libre, composé de notes et de textes écrits à la fin des années soixante, pour certains sur un coin d’établi, ou dans les chiottes de l’usine Sud Aviation, ou à l’heure du casse-croûte. Il avait quitté l’usine en 1970 pour s’installer à Bruxelles, avec sa compagne. C’est durant cette période qu’il a écrit ses « histoires d’usine », rue du Châtelain...

L’usine évoque abondamment, il est vrai, les violences et les frustrations trop longtemps contenues par ses « élus », tous les jours, tous les mois, toute la vie. Suffisamment pour expliquer que certains ne conçoivent d’autre liberté que l’irréparable. Ni d’autre échappatoire au monstre concentrationnaire que le monstrueux : « On ne s’étonnera pas si un jour les rêves nourris au plus secret d’eux-mêmes, rêves de violence, de mort,
de vengeance, d’amour et de totalité, viennent éclater dans la réalité. », nous prévient-elle.

Stéphane Prat

Ce livre est classé dans les catégories :

6,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Je suis une usine”

Fiche technique

Résumé

Le manuscrit de Je suis une usine est resté plus de quarante ans dans les papiers d’Yves Le Manach, à tel point qu’il en avait oublié jusque l’existence.
En 1973, son livre Bye Bye Turbin ! paraissait aux éditions Champ Libre, composé de notes et de textes écrits à la fin des années soixante, pour certains sur un coin d’établi, ou dans les chiottes de l’usine Sud Aviation, ou à l’heure du casse-croûte. Il avait quitté l’usine en 1970 pour s’installer à Bruxelles, avec sa compagne. C’est durant cette période qu’il a écrit ses « histoires d’usine », rue du Châtelain...

L’usine évoque abondamment, il est vrai, les violences et les frustrations trop longtemps contenues par ses « élus », tous les jours, tous les mois, toute la vie. Suffisamment pour expliquer que certains ne conçoivent d’autre liberté que l’irréparable. Ni d’autre échappatoire au monstre concentrationnaire que le monstrueux : « On ne s’étonnera pas si un jour les rêves nourris au plus secret d’eux-mêmes, rêves de violence, de mort,
de vengeance, d’amour et de totalité, viennent éclater dans la réalité. », nous prévient-elle.

Stéphane Prat

Biographie d’Yves le Manach

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire