Votre compte

Je, tu, elle


Elle me l’avait bien dit, la vieille Normande. Le vent s’était levé sur la grève, le sable piquait mes joues où le sel des embruns se mêlait à celui de mes larmes. Elle s’était avancée vers moi, la vieille, le dos courbé, les jambes enfoncées dans l’encre de la terre. Sa bouche vide de dents s’était ouverte, large. Je pensais qu’elle était muette, un peu sorcière peut-être, et j’avais découvert son patois grave : « Tu dois l’enterrer. — Qui ? — Ton amour, il est mort. » Pour « Je », pâle blonde, « Tu », homme au regard fuyant, devient peu à peu l’objet d’une passion dévorante, assourdissante, obsessionnelle, qui fait soudain basculer la réalité dans la folie. Une expérience d’autant plus destructrice qu’entre les deux amants surgit régulièrement son spectre à « Elle », l’Actrice, la mère des enfants de « Tu ». Attractive, répulsive, inébranlable, « Elle », brune ténébreuse qui semble le parfait négatif de « Je », distribue les rôles à la perfection, scandant le quotidien de ses apparitions minutées et inquiétantes. Mais qui est vraiment cette « Elle », qui paraît surgir de l’autre côté du miroir ? Avec Je, tu, elle, Adeline Fleury nous livre un récit inoubliable, celui d’un désir insensé qui se conjugue à trois, et dont la seule issue possible pourrait bien être la mort, ou la perte de soi… Un texte d’une grande force littéraire, mené sur le fil du rasoir. de sa force, où déjà la nostalgie commence à semer le trouble entre rêve et réalité, Anthoine se souvient de ces temps riches de folie, d’imprévu et de tendresse qu’il a partagés avec Lucile. Il reprend le voyage de ces années – leur voyage –, bouscule les souvenirs qui sommeillaient au fond de ses pensées, les réveille et les ressuscite. Et ce voyage prend la forme d’un hymne éclatant à la beauté du monde, où chaque découverte est prétexte à la composition d’un nouveau couplet. Elle aime éperdument la musique ; lui, les sciences et la littérature. Ils se retrouvent contemplant la nature ou les étoiles, admirant le Parthénon ou les temples mayas. Anthoine est la raison ; Lucile, l’instinct. Ils s’aiment, s’affrontent, s’enrichissent l’un l’autre, en route vers cet inaccessible juste milieu, où le corps et l’esprit, l’idéal et la réalité communient vers ce « nous » si miraculeux qui devient tout à coup bien plus que la somme du « toi » et du « moi ». Jusqu’au jour où…

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Version papier

10,45 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Je, tu, elle”

Fiche technique

Résumé

Elle me l’avait bien dit, la vieille Normande. Le vent s’était levé sur la grève, le sable piquait mes joues où le sel des embruns se mêlait à celui de mes larmes. Elle s’était avancée vers moi, la vieille, le dos courbé, les jambes enfoncées dans l’encre de la terre. Sa bouche vide de dents s’était ouverte, large. Je pensais qu’elle était muette, un peu sorcière peut-être, et j’avais découvert son patois grave : « Tu dois l’enterrer. — Qui ? — Ton amour, il est mort. » Pour « Je », pâle blonde, « Tu », homme au regard fuyant, devient peu à peu l’objet d’une passion dévorante, assourdissante, obsessionnelle, qui fait soudain basculer la réalité dans la folie. Une expérience d’autant plus destructrice qu’entre les deux amants surgit régulièrement son spectre à « Elle », l’Actrice, la mère des enfants de « Tu ». Attractive, répulsive, inébranlable, « Elle », brune ténébreuse qui semble le parfait négatif de « Je », distribue les rôles à la perfection, scandant le quotidien de ses apparitions minutées et inquiétantes. Mais qui est vraiment cette « Elle », qui paraît surgir de l’autre côté du miroir ? Avec Je, tu, elle, Adeline Fleury nous livre un récit inoubliable, celui d’un désir insensé qui se conjugue à trois, et dont la seule issue possible pourrait bien être la mort, ou la perte de soi… Un texte d’une grande force littéraire, mené sur le fil du rasoir. de sa force, où déjà la nostalgie commence à semer le trouble entre rêve et réalité, Anthoine se souvient de ces temps riches de folie, d’imprévu et de tendresse qu’il a partagés avec Lucile. Il reprend le voyage de ces années – leur voyage –, bouscule les souvenirs qui sommeillaient au fond de ses pensées, les réveille et les ressuscite. Et ce voyage prend la forme d’un hymne éclatant à la beauté du monde, où chaque découverte est prétexte à la composition d’un nouveau couplet. Elle aime éperdument la musique ; lui, les sciences et la littérature. Ils se retrouvent contemplant la nature ou les étoiles, admirant le Parthénon ou les temples mayas. Anthoine est la raison ; Lucile, l’instinct. Ils s’aiment, s’affrontent, s’enrichissent l’un l’autre, en route vers cet inaccessible juste milieu, où le corps et l’esprit, l’idéal et la réalité communient vers ce « nous » si miraculeux qui devient tout à coup bien plus que la somme du « toi » et du « moi ». Jusqu’au jour où…

Biographie d’Adeline Fleury

Adeline Fleury est journaliste, romancière et essayiste. Auteure d’un premier roman, Rien que des mots (François Bourin, 2016), elle se fait ensuite reporter de l’intime pour explorer la féminité et le désir dans le Petit Éloge de la jouissance féminine (François Bourin, 2015 ; rééd. poche La Musardine, 2018) et Femme Absolument (J.-C. Lattès, 2017 ; rééd. poche Marabout, 2018). nombreux ouvrages historiques, certains récompensés par des prix prestigieux.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire