Votre compte

Karoo

Anne WICKE (translator)


Achevé quelques jours avant la mort de Steve Tesich [1942-1996], Karoo est le chant du cygne d'un auteur hors norme. Ce roman est l'odyssée d'un riche consultant en scénario dans la cinquantaine, Saul "Doc" Karoo, gros fumeur et alcoolique, écrivaillon sans talent séparé de sa femme et traînant plusieurs tares émotionnelles. En tant que script doctor pour Hollywood, Saul Karoo mutile et "sauve" le travail des autres. En tant qu'homme, il applique le même genre de contrôle sournois à sa vie privée et se délecte de nombreuses névroses très particulières : son incapacité à se saouler quelle que soit la quantité d'alcool absorbée, sa fuite désespérée devant toute forme d'intimité, ou encore son inaptitude à maintenir à flot sa propre subjectivité. Même s'il le voulait, il ne pourrait pas faire les choses correctement, et la plupart du temps, il ne le veut pas. Jusqu'à ce qu'une occasion unique se présente à lui : en visionnant un film, il fait une découverte qui l'incite à prendre des mesures extravagantes pour essayer, une fois pour toutes, de se racheter. Si Karoo est bien l'ambitieux portrait d'un homme sans cœur et à l'esprit tordu, c'est aussi un pur joyau qui raconte une chute vertigineuse avec un humour corrosif. C'est cynique. C'est sans pitié. C'est terriblement remuant. C'est à la fois Roth et Easton Ellis, Richard Russo et Saul Bellow.
8,99 €
?

Version papier

4,73 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Karoo”

Fiche technique

Résumé

Achevé quelques jours avant la mort de Steve Tesich [1942-1996], Karoo est le chant du cygne d'un auteur hors norme. Ce roman est l'odyssée d'un riche consultant en scénario dans la cinquantaine, Saul "Doc" Karoo, gros fumeur et alcoolique, écrivaillon sans talent séparé de sa femme et traînant plusieurs tares émotionnelles. En tant que script doctor pour Hollywood, Saul Karoo mutile et "sauve" le travail des autres. En tant qu'homme, il applique le même genre de contrôle sournois à sa vie privée et se délecte de nombreuses névroses très particulières : son incapacité à se saouler quelle que soit la quantité d'alcool absorbée, sa fuite désespérée devant toute forme d'intimité, ou encore son inaptitude à maintenir à flot sa propre subjectivité. Même s'il le voulait, il ne pourrait pas faire les choses correctement, et la plupart du temps, il ne le veut pas. Jusqu'à ce qu'une occasion unique se présente à lui : en visionnant un film, il fait une découverte qui l'incite à prendre des mesures extravagantes pour essayer, une fois pour toutes, de se racheter. Si Karoo est bien l'ambitieux portrait d'un homme sans cœur et à l'esprit tordu, c'est aussi un pur joyau qui raconte une chute vertigineuse avec un humour corrosif. C'est cynique. C'est sans pitié. C'est terriblement remuant. C'est à la fois Roth et Easton Ellis, Richard Russo et Saul Bellow.

Biographie de Steve TESICH

Stojan Tešic (Steve Tesich) est né en 1942 dans l’actuelle Serbie. Son père, lieutenant dans l’armée yougoslave durant la Seconde Guerre mondiale, s’est rebellé et opposé au régime communiste du Maréchal Tito ; il s’est réfugié en Angleterre après s’être échappé d’une prison nazie. En son absence, l’enfant se crée un père mythique, héros de guerre, dont il raconte sans cesse les aventures. En 1957, toute la famille se retrouve aux États-Unis : Stojan Tešic est désormais Steve Tesich. Il apprend rapidement l’anglais et, après le lycée, il obtient une bourse de lutteur à l’université d’Indiana ; puis il se reconvertit au cyclisme. Tesich obtient un master de littérature russe et commence un doctorat à Columbia. Lorsqu’il découvre qu’il est doué pour l’écriture, il abandonne son doctorat pour devenir écrivain. Fin des années 1960, il essaye de vendre des chansons qu’il écrit. Il est aussi travailleur social à Brooklyn. En 1969, sa première pièce, The Predators, est produite et jouée à l’Académie américaine des arts dramatiques. Il écrit également des scénarios : six d’entre eux furent portés à l’écran, dont Breaking Away (La Bande des quatre) récompensé d’un Oscar en 1979, ou encore Le Monde selon Garp. Son premier roman, Price, paraît en 1982 et rencontre un succès international. En 1996, alors que son regard sur les États-Unis a changé du tout au tout – passé de l’utopiste rêveur qu’il était en arrivant à un critique amer et déçu –, Steve Tesich s’éteint après avoir achevé son chant du cygne, Karoo.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire