Votre compte

L'Amante de l'Arsenal. Journal 2016-2018


« À la bibliothèque de l’Arsenal, réunion de la Byron Society. Parmi les universitaires millésimés que j’ai l’habitude d’y rencontrer, une présence inattendue : celle d’une très jeune femme, vive, rieuse, spirituelle, ravissante — elle ressemble à Ornella Muti dans Senza parole de Dino Risi. Je fus aussitôt sous le charme et m’employai à ce qu’elle s’assît à côté de moi. J’ai fait ça très bien, du grand Calamity Gab. Nous avons écouté les orateurs, bavardé à voix basse, je lui ai offert le nouveau bulletin de la Société où figure mon texte sur Benjamin Laroche et, avant que nous ne nous séparions, je ne lui ai pas demandé son numéro de téléphone, c’eût été lourdingue, j’ai préféré lui griffonner mes coordonnées, lui laissant ainsi la liberté de la décision. Elle s’appelle Virginie. »

Ce livre est classé dans les catégories :

16,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'Amante de l'Arsenal. Journal 2016-2018”

Fiche technique

Résumé

« À la bibliothèque de l’Arsenal, réunion de la Byron Society. Parmi les universitaires millésimés que j’ai l’habitude d’y rencontrer, une présence inattendue : celle d’une très jeune femme, vive, rieuse, spirituelle, ravissante — elle ressemble à Ornella Muti dans Senza parole de Dino Risi. Je fus aussitôt sous le charme et m’employai à ce qu’elle s’assît à côté de moi. J’ai fait ça très bien, du grand Calamity Gab. Nous avons écouté les orateurs, bavardé à voix basse, je lui ai offert le nouveau bulletin de la Société où figure mon texte sur Benjamin Laroche et, avant que nous ne nous séparions, je ne lui ai pas demandé son numéro de téléphone, c’eût été lourdingue, j’ai préféré lui griffonner mes coordonnées, lui laissant ainsi la liberté de la décision. Elle s’appelle Virginie. »

Biographie de Gabriel Matzneff

Gabriel Matzneff, romancier, tient également depuis 1953 un journal, dont une part importante a déjà été publiée, notamment Mes amours décomposées (L’Infini, 1990, Folio n° 2378), La prunelle de mes yeux (L’Infini, 1993, Folio n° 2710), La passion Francesca (L’Infini, 1998), Les soleils révolus (L’Infini, 2001), Calamity Gab (L’Infini, 2004) et Les Demoiselles du Taranne (L’Infini, 2007).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire