Votre compte

L'Archéologie égyptienne


« L’attention des archéologues qui ont visité l’Égypte a été si fortement attirée par les temples et par les tombeaux que nul d’entre eux ne s’est attaché à relever avec soin ce qui reste des habitations privées et des constructions militaires. Peu de pays pourtant ont conservé autant de débris de leur architecture civile. Sans parler des villes d’époque romaine ou byzantine, qui survivent presque intactes à Kouft, à Kom-Ombo, à El-Agandiyéh, une moitié au moins de la Thèbes antique subsiste à l’est et au sud de Karnak. L’emplacement de Memphis est semé de buttes qui atteignent 15 et 20 mètres de hauteur, et dont le noyau est formé par des maisons en bon état. A Tell-el-Maskhoutah, les greniers de Pithom sont encore debout ; à Sân, à Tell-Basta, la cité saïte et ptolémaïque renferme des quartiers dont on pourrait lever le plan. Je ne parle ici que des plus connues ; mais combien de localités échappent à la curiosité des voyageurs, où l’on rencontre des ruines d’habitations privées remontant à l’époque des Ramessides, et plus haut peut-être ! Quant aux forteresses, le seul village d’Abydos n’en a-t-il pas deux, dont une est au moins contemporaine de la VIe dynastie ? Les remparts d’El-Kab, de Kom-el-Ahmar, d’El-Hibèh, de Dakkèh, même une partie de ceux de Thèbes, sont debout et attendent l’architecte qui daignera les étudier sérieusement. »

Ce livre est classé dans les catégories :

3,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'Archéologie égyptienne”

Fiche technique

Résumé

« L’attention des archéologues qui ont visité l’Égypte a été si fortement attirée par les temples et par les tombeaux que nul d’entre eux ne s’est attaché à relever avec soin ce qui reste des habitations privées et des constructions militaires. Peu de pays pourtant ont conservé autant de débris de leur architecture civile. Sans parler des villes d’époque romaine ou byzantine, qui survivent presque intactes à Kouft, à Kom-Ombo, à El-Agandiyéh, une moitié au moins de la Thèbes antique subsiste à l’est et au sud de Karnak. L’emplacement de Memphis est semé de buttes qui atteignent 15 et 20 mètres de hauteur, et dont le noyau est formé par des maisons en bon état. A Tell-el-Maskhoutah, les greniers de Pithom sont encore debout ; à Sân, à Tell-Basta, la cité saïte et ptolémaïque renferme des quartiers dont on pourrait lever le plan. Je ne parle ici que des plus connues ; mais combien de localités échappent à la curiosité des voyageurs, où l’on rencontre des ruines d’habitations privées remontant à l’époque des Ramessides, et plus haut peut-être ! Quant aux forteresses, le seul village d’Abydos n’en a-t-il pas deux, dont une est au moins contemporaine de la VIe dynastie ? Les remparts d’El-Kab, de Kom-el-Ahmar, d’El-Hibèh, de Dakkèh, même une partie de ceux de Thèbes, sont debout et attendent l’architecte qui daignera les étudier sérieusement. »

Biographie de Gaston Maspero

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire