Votre compte

L'art sous contrôle


En 2018, le festival d’Avignon était dédié aux questions de genre et la Manifesta de Palerme à l’écologie. Parallèlement à ce nouvel art militant émergent de nouvelles formes de censures (boycott des films de Woody Allen ou de Roman Polanski, pétition pour le retrait d’un tableau de Balthus, annulation de la pièce Kanata de Robert Lepage...). Après des décennies d’art formaliste, autoréflexif ou transgressif, l’art le plus contemporain se trouve plongé dans une atmosphère globale de moralisation. Or, l’art peut-il s’assigner des buts éthiques et peut-il être jugé sur des critères moraux ? Ces questions, que l’on pensait réglées, retrouvent une brûlante actualité. Carole Talon-Hugon procède à un état des lieux de ce nouvel agenda sociétal de l’art contemporain (cause décoloniale, minorités raciales et sexuelles, inégalités...) et procède à une mise en perspective historique qui fait ressortir la particularité de la situation actuelle, avant de procéder à une analyse de la censure éthique. La question est finalement de savoir ce que l’art et l’éthique ont à gagner et à perdre dans ce tournant moralisateur de l’art contemporain.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

14,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'art sous contrôle”

Fiche technique

Résumé

En 2018, le festival d’Avignon était dédié aux questions de genre et la Manifesta de Palerme à l’écologie. Parallèlement à ce nouvel art militant émergent de nouvelles formes de censures (boycott des films de Woody Allen ou de Roman Polanski, pétition pour le retrait d’un tableau de Balthus, annulation de la pièce Kanata de Robert Lepage...). Après des décennies d’art formaliste, autoréflexif ou transgressif, l’art le plus contemporain se trouve plongé dans une atmosphère globale de moralisation. Or, l’art peut-il s’assigner des buts éthiques et peut-il être jugé sur des critères moraux ? Ces questions, que l’on pensait réglées, retrouvent une brûlante actualité. Carole Talon-Hugon procède à un état des lieux de ce nouvel agenda sociétal de l’art contemporain (cause décoloniale, minorités raciales et sexuelles, inégalités...) et procède à une mise en perspective historique qui fait ressortir la particularité de la situation actuelle, avant de procéder à une analyse de la censure éthique. La question est finalement de savoir ce que l’art et l’éthique ont à gagner et à perdre dans ce tournant moralisateur de l’art contemporain.

Biographie de Carole Talon-Hugon

En 2018, le festival d’Avignon était dédié aux questions de genre et la Manifesta de Palerme à l’écologie. Parallèlement à ce nouvel art militant émergent de nouvelles formes de censures (boycott des films de Woody Allen ou de Roman Polanski, pétition pour le retrait d’un tableau de Balthus, annulation de la pièce Kanata de Robert Lepage...). Après des décennies d’art formaliste, autoréflexif ou transgressif, l’art le plus contemporain se trouve plongé dans une atmosphère globale de moralisation. Or, l’art peut-il s’assigner des buts éthiques et peut-il être jugé sur des critères moraux ? Ces questions, que l’on pensait réglées, retrouvent une brûlante actualité. Carole Talon-Hugon procède à un état des lieux de ce nouvel agenda sociétal de l’art contemporain (cause décoloniale, minorités raciales et sexuelles, inégalités...) et procède à une mise en perspective historique qui fait ressortir la particularité de la situation actuelle, avant de procéder à une analyse de la censure éthique. La question est finalement de savoir ce que l’art et l’éthique ont à gagner et à perdre dans ce tournant moralisateur de l’art contemporain.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire