Votre compte

L'économie du spectacle vivant


Théâtre, danse, opéra, mais également variété, one man show, performance, cirque, arts de la rue... Si la délimitation du spectacle vivant ne va pas de soi, le terme « économie du spectacle » n’est pas moins complexe. Il désigne des réalités diverses : superproductions budgétivores de certains festivals ou de théâtres nationaux déficitaires, productions équilibrées de théâtres privés, comptes fragiles de petites salles accueillant des artistes amateurs... Comment alors dégager un modèle économique propre au spectacle vivant ?
Cet ouvrage, en dressant un panorama historique et théorique de l’économie du spectacle vivant, décrit les spécificités de ses modes de financement comme de son marché de l’emploi, avec une attention particulière pour la logique de l’intermittence. Il dévoile un modèle qui associe, d’une manière inédite, interventionnisme et ultralibéralisme.

À lire également en Que sais-je ?...
Les politiques publiques de la culture en France, Pierre Moulinier
Le théâtre, Alain Viala et Daniel Mesguich

Ce livre est classé dans les catégories :

6,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'économie du spectacle vivant”

Fiche technique

Résumé

Théâtre, danse, opéra, mais également variété, one man show, performance, cirque, arts de la rue... Si la délimitation du spectacle vivant ne va pas de soi, le terme « économie du spectacle » n’est pas moins complexe. Il désigne des réalités diverses : superproductions budgétivores de certains festivals ou de théâtres nationaux déficitaires, productions équilibrées de théâtres privés, comptes fragiles de petites salles accueillant des artistes amateurs... Comment alors dégager un modèle économique propre au spectacle vivant ?
Cet ouvrage, en dressant un panorama historique et théorique de l’économie du spectacle vivant, décrit les spécificités de ses modes de financement comme de son marché de l’emploi, avec une attention particulière pour la logique de l’intermittence. Il dévoile un modèle qui associe, d’une manière inédite, interventionnisme et ultralibéralisme.

À lire également en Que sais-je ?...
Les politiques publiques de la culture en France, Pierre Moulinier
Le théâtre, Alain Viala et Daniel Mesguich

Biographie d’Isabelle Barbéris

D’où vient le « politiquement correct » de la culture ? La diversité culturelle, jusqu’alors au service de la défense du pluralisme, s’est depuis aventurée dans la comptabilité ethnique et biologique au sein du milieu culturel. Elle a alors été prétexte à la construction d’un nouvel académisme en art, accompagné de censures fondées sur un supposé « droit à représenter », où les dogmes ethno-différentialistes mettent à bas les fondements universalistes qui permettent de faire société. Le nouvel académisme anti-culturel, qui tue à la fois l’académisme et la contre-culture, transforme l’art en ingénierie sociale et en moyen de contrôle, au nom de notre propre émancipation, et joue le rôle d’un miroir grossissant. Il faut s’en inquiéter : le politiquement correct viendra-t-il à bout des règles les plus élémentaires de la vie démocratique ?

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure Fontenay Saint-Cloud, agrégé de sciences économiques et sociales, Martial Poirson est professeur de l’Université Paris 8, dont il dirige le département Théâtre (UFR Arts-Esthétique-Philosophie), l’équipe de recherche « Politique et socio-économie des arts, de la culture et de la création » (E.A. 1773) et le master Arts de la scène-Arts du spectacle, après avoir dirigé l’UMR LIRE-CNRS de Grenoble. Il est également visiting professor en Cultural Studies à New York University et intervenant dans plusieurs écoles de commerce (ESSEC, Audencia) et à l’IEP. Il a été chargé de mission à la Bibliothèque Nationale de France, la Comédie-Française et l’Agence nationale pour la recherche.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire