Votre compte

L'emportement


L’Emportement est mon troisième livre de « poèmes non-traduits », après Figures et les Gens de cendre. Il tente d’approfondir cette fascination que j’ai pour « les images sans images », pour ces ombres d’images qui m’accompagnent, ces présences déplacées, éparpillées, quasiment insensibles, que mes textes, les uns après les autres, tentent de partager. Le livre s’est construit sur son titre. Ce mot, l’emportement, comment dois-je le comprendre ? S’agit-il d’être emporté, ou de se laisser emporter, et quelle est cette « porte » qui vous laisse interdit ? D’où vient la nécessité ressentie d’un « glissement vers la/quasi-réalisable ligne,/ un en-dessous de voix,/ presque un récit » ? — André Markowicz

Ce livre est classé dans les catégories :

4,99 €
?

Version papier

9,10 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'emportement”

Fiche technique

Résumé

L’Emportement est mon troisième livre de « poèmes non-traduits », après Figures et les Gens de cendre. Il tente d’approfondir cette fascination que j’ai pour « les images sans images », pour ces ombres d’images qui m’accompagnent, ces présences déplacées, éparpillées, quasiment insensibles, que mes textes, les uns après les autres, tentent de partager. Le livre s’est construit sur son titre. Ce mot, l’emportement, comment dois-je le comprendre ? S’agit-il d’être emporté, ou de se laisser emporter, et quelle est cette « porte » qui vous laisse interdit ? D’où vient la nécessité ressentie d’un « glissement vers la/quasi-réalisable ligne,/ un en-dessous de voix,/ presque un récit » ? — André Markowicz

Biographie d’André Markowicz

Traducteur passionné, André Markowicz a notamment traduit pour la collection Babel l'intégralité de l’œuvre romanesque de Dostoïevski (vingt-neuf volumes), mais aussi le théâtre complet de Gogol ou celui de Tchekhov (en collaboration avec Françoise Morvan). Tout son travail tend à faire passer en français quelque chose de la culture russe, et notamment de la période fondamentale du XIXe siècle. Le Soleil d'Alexandre (2011) est son grand œuvre, qui vient éclairer et compléter toutes ses publications et lectures ainsi que la traduction en Babel d'Eugène Onéguine (Babel n° 924) et du recueil Le Convive de pierre et autres scènes dramatiques (Babel n° 85) de Pouchkine, ou encore la pièce de Griboïédov Du malheur d'avoir de l'esprit (Babel n° 784). André Markowicz est lauréat du prix de traduction Nelly Sachs 2012.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire