Votre compte

L'enfant de l'esclave


Où et quand commence la personne humaine ? Est-elle passible de “contrats” comme ceux qui lieraient une mère porteuse à ceux qui “louent” ses services ? Que doit-on faire des embryons congelés ? Ont-ils le “droit” à la vie ? Face à ces questions – et à tant d’autres – que les “enfants de la science” imposent à la conscience contemporaine, on pourrait croire le Droit contraint d’improviser et de mener, derrière les savants, une harassante et inquiétante course-poursuite. Il n’en est rien. Dans l’Antiquité déjà, les juristes s’interrogeaient sur le statut de l’enfant de l’esclave : appartenait-il au propriétaire de la mère – ou à quiconque jouissait de ses services au moment de la procréation, tout comme les fruits d’un verger appartiennent au locataire ? La réflexion menée à ce sujet n’est pas sans enseignement pour le présent : parce qu’il se nourrit du temps et de la mémoire, le Droit est, dans les actuels embarras de l’éthique, une référence salutaire. Dans cet essai lumineux, où l’élégance argumentative le dispute à la richesse de l’information, François Terré fonde un “nouvel esprit juridique”, également éloigné, face aux exploits de la science, des regrets passéistes et des fascinations aveuglées. C’est peut-être la clé du nouvel humanisme dont le XXIe siècle aura tant besoin.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'enfant de l'esclave”

Fiche technique

Résumé

Où et quand commence la personne humaine ? Est-elle passible de “contrats” comme ceux qui lieraient une mère porteuse à ceux qui “louent” ses services ? Que doit-on faire des embryons congelés ? Ont-ils le “droit” à la vie ? Face à ces questions – et à tant d’autres – que les “enfants de la science” imposent à la conscience contemporaine, on pourrait croire le Droit contraint d’improviser et de mener, derrière les savants, une harassante et inquiétante course-poursuite. Il n’en est rien. Dans l’Antiquité déjà, les juristes s’interrogeaient sur le statut de l’enfant de l’esclave : appartenait-il au propriétaire de la mère – ou à quiconque jouissait de ses services au moment de la procréation, tout comme les fruits d’un verger appartiennent au locataire ? La réflexion menée à ce sujet n’est pas sans enseignement pour le présent : parce qu’il se nourrit du temps et de la mémoire, le Droit est, dans les actuels embarras de l’éthique, une référence salutaire. Dans cet essai lumineux, où l’élégance argumentative le dispute à la richesse de l’information, François Terré fonde un “nouvel esprit juridique”, également éloigné, face aux exploits de la science, des regrets passéistes et des fascinations aveuglées. C’est peut-être la clé du nouvel humanisme dont le XXIe siècle aura tant besoin.

Biographie de François Terré

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire