Votre compte

L'énigme conjugale


« De toutes les choses sérieuses le mariage est la plus bouffonne », écrivait Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro.

Ce à quoi s’engagent concrètement les mariés, c’est d’abord, faut-il le rappeler, à ce que l’on appelle devoir conjugal. Terme qui, malgré sa résonance surannée, désigne bien l’obligation du rapport sexuel régulier, aménageable au moyen des excuses tolérées dont la plus commune du côté de l’épouse fut constituée par les « vapeurs », étourdissements, vertiges, migraines et malaises divers, alibi pseudo-médical de dispense des obligations conjugales à l’usage des épouses. Névrose d’angoisse institutionnalisée en quelque sorte. La véritable énigme du mariage, c’est qu’il persiste malgré tout à faire miroiter un fantasme, à proportion de ce qu’il est régulièrement démenti, résistance obstinée à ses propres désillusions qu’il s’agit aussi de penser.

Ce livre est classé dans les catégories :

17,99 €
?

Version papier

22,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'énigme conjugale”

Fiche technique

Résumé

« De toutes les choses sérieuses le mariage est la plus bouffonne », écrivait Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro.

Ce à quoi s’engagent concrètement les mariés, c’est d’abord, faut-il le rappeler, à ce que l’on appelle devoir conjugal. Terme qui, malgré sa résonance surannée, désigne bien l’obligation du rapport sexuel régulier, aménageable au moyen des excuses tolérées dont la plus commune du côté de l’épouse fut constituée par les « vapeurs », étourdissements, vertiges, migraines et malaises divers, alibi pseudo-médical de dispense des obligations conjugales à l’usage des épouses. Névrose d’angoisse institutionnalisée en quelque sorte. La véritable énigme du mariage, c’est qu’il persiste malgré tout à faire miroiter un fantasme, à proportion de ce qu’il est régulièrement démenti, résistance obstinée à ses propres désillusions qu’il s’agit aussi de penser.

Biographie de Paul-Laurent Assoun

« C’est à vous d’être lacaniens, si vous voulez. Moi, je suis freudien », déclare Jacques Lacan (1901-1981) : c’est de s’être voulu – radicalement – « freudien » que son nom se retrouve homologué dans l’histoire de la psychanalyse et, au-delà, par les effets de ce geste, dans la pensée contemporaine, mise à l’épreuve de l’hypothèse de l’inconscient. Il s’agit ici d’introduire à et dans la « pensée-Lacan », celle des Écrits et du Séminaire, véritable work in progress par lequel s’accomplit son « retour à Freud » en une œuvre à la fois complexe et vivante. À partir de la présentation systématique de ses catégories majeures (imaginaire/symbolique/réel, signifiant, « objet a »...) se trouvent restitués le mouvement de sa recherche et le remaniement inlassable de son écriture. Ainsi devient lisible le passage de Freud à Lacan.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire