Votre compte

L'essor de la communication : colporteurs, graphistes, locuteurs dans la préhistoire


L’homme est communication. La caresse d’amour de la mère pour son petit ; le dur choc du percuteur sur le rognon de silex ou sur le bloc de quartz pour œuvrer le premier outil, créent, par là-même, rythme et harmonie ; la main souillée qui s’imprime sur le sol ; le doigt vagabond qui trace ses méandres sur le sable des grèves ou la terre des limons sont autant de faits universels, marques d’une « osmose gestuelle ». La communication s’impose : les piroguiers audacieux, sur leurs embarcations de roseaux, de bois, ou leurs coracles de cuir, profitant de la baisse du niveau des océans, doublent les migrations vers les Amériques ; vers le continent austral. Tout est communication ! La noire et brillante obsidienne est objet de troc ou de colportage. Le silex blond de Touraine, aux « cachettes » mercantiles, la dure dolérite du Morbihan jalonnent de nouvelles voies de communication, couvrent l’ouest de l’Europe. Vers 15 000 avant J.-C., la lampe à graisse de Lascaux, le briquet de Chaleux, contemporains de la merveilleuse aiguille, lancent Cro-Magnon à l’exploration et à la conquête d’un nouvel espace, celui des cavernes et des ténèbres vaincues ! Les parois des grottes et des cavernes apportent, enfin, des supports durables aux graphies innombrables. Elles sont notre première « littérature en image » ! Drames ou anecdotes se poursuivant (se conservant !) sur écorce ou sur cuir nous offrent les premières formes écrites du langage, avec les multiples signes abstraits qui les accompagnent : leur vocabulaire graphique est fort étendu, quoiqu’encore énigmatique pour nous. L’écriture se prépare ! Mais quid de ce langage ? De rares toponymes, antérieurs à la grande famille linguistique indo-européenne, chère à Georges Dumézil, ne seraient-ils pas datables ? Les cartes de ces paléo-toponymes, vrais « fossiles du langage », nous sont ici dévoilées de manière suggestive.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Version papier

20,73 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'essor de la communication : colporteurs, graphistes, locuteurs dans la préhistoire”

Fiche technique

Résumé

L’homme est communication. La caresse d’amour de la mère pour son petit ; le dur choc du percuteur sur le rognon de silex ou sur le bloc de quartz pour œuvrer le premier outil, créent, par là-même, rythme et harmonie ; la main souillée qui s’imprime sur le sol ; le doigt vagabond qui trace ses méandres sur le sable des grèves ou la terre des limons sont autant de faits universels, marques d’une « osmose gestuelle ». La communication s’impose : les piroguiers audacieux, sur leurs embarcations de roseaux, de bois, ou leurs coracles de cuir, profitant de la baisse du niveau des océans, doublent les migrations vers les Amériques ; vers le continent austral. Tout est communication ! La noire et brillante obsidienne est objet de troc ou de colportage. Le silex blond de Touraine, aux « cachettes » mercantiles, la dure dolérite du Morbihan jalonnent de nouvelles voies de communication, couvrent l’ouest de l’Europe. Vers 15 000 avant J.-C., la lampe à graisse de Lascaux, le briquet de Chaleux, contemporains de la merveilleuse aiguille, lancent Cro-Magnon à l’exploration et à la conquête d’un nouvel espace, celui des cavernes et des ténèbres vaincues ! Les parois des grottes et des cavernes apportent, enfin, des supports durables aux graphies innombrables. Elles sont notre première « littérature en image » ! Drames ou anecdotes se poursuivant (se conservant !) sur écorce ou sur cuir nous offrent les premières formes écrites du langage, avec les multiples signes abstraits qui les accompagnent : leur vocabulaire graphique est fort étendu, quoiqu’encore énigmatique pour nous. L’écriture se prépare ! Mais quid de ce langage ? De rares toponymes, antérieurs à la grande famille linguistique indo-européenne, chère à Georges Dumézil, ne seraient-ils pas datables ? Les cartes de ces paléo-toponymes, vrais « fossiles du langage », nous sont ici dévoilées de manière suggestive.

Biographie de Louis-René Nougier

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire