Votre compte

L'idée d'image


Empreinte ou écran, évidence et opacité, la duplicité caractérise l’image : doublant l’objet, elle se dédouble elle-même, faisant jouer l’écart à soi de la visibilité sans pour autant admettre quelque recours de l’invisible. C’est ce paradoxe de l’image, omniprésente et sans être propre, qu’on s’attache à cerner ici, de Giacometti à Proust, de Giorgione à Godard, ou de Beckett à Balzac. En reliant le texte au tableau, et le tableau au film, on mesure l’amplitude esthétique d’une même hypothèse : visuel ou langagier, l’effet d’image libère la part de l’ombre dans les figures comme dans les signes, les amenant au regard en dérobant leurs traits et brisant les représentations en contribuant à les former. Jamais présente à soi, l’image est imaginaire. Echappant ainsi au concept, peut-être nous parle-t-elle de l’idée : tel serait le tour ultime d’une dissimulation que l’on a voulu rendre ici constitutive de l’idée même d’image.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'idée d'image”

Fiche technique

Résumé

Empreinte ou écran, évidence et opacité, la duplicité caractérise l’image : doublant l’objet, elle se dédouble elle-même, faisant jouer l’écart à soi de la visibilité sans pour autant admettre quelque recours de l’invisible. C’est ce paradoxe de l’image, omniprésente et sans être propre, qu’on s’attache à cerner ici, de Giacometti à Proust, de Giorgione à Godard, ou de Beckett à Balzac. En reliant le texte au tableau, et le tableau au film, on mesure l’amplitude esthétique d’une même hypothèse : visuel ou langagier, l’effet d’image libère la part de l’ombre dans les figures comme dans les signes, les amenant au regard en dérobant leurs traits et brisant les représentations en contribuant à les former. Jamais présente à soi, l’image est imaginaire. Echappant ainsi au concept, peut-être nous parle-t-elle de l’idée : tel serait le tour ultime d’une dissimulation que l’on a voulu rendre ici constitutive de l’idée même d’image.

Biographie de Marie-Claire Ropars-Wuilleumier

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire