Votre compte

L'idée du socialisme. Un essai d'actualisation

Pierre Rusch (translator)


Nos sociétés sont travaillées par une contradiction étonnante et inexplicable : jamais autant de gens n’ont simultanément dénoncé les conséquences sociales et politiques générées par la mondialisation ; jamais autant de gens n’ont été incapables de dépasser l’état de choses existant et d’imaginer un état social innovant au-delà du capitalisme. Cette dissociation de l’indignation d’avec tout objectif d’avenir est quelque chose de nouveau dans l’histoire de la modernité. Les processus socio-économiques apparaissent désormais bien trop complexes, voire totalement opaques à la conscience publique pour que soient jugées possibles des interventions humaines ciblées. La célèbre analyse du fétichisme développée par Marx dans le Capital ne prend qu’aujourd’hui son sens historique : ce n’est pas dans le passé du capitalisme, lorsque le mouvement ouvrier imaginait encore pouvoir transformer la situation donnée, mais seulement de nos jours que triomphe la conviction générale selon laquelle les relations sociales sont aussi peu transformables dans leur substance que le sont les choses extérieures. Si l’indignation générale suscitée par la répartition scandaleuse de la richesse et du pouvoir ne nous rend manifestement plus capable d’identifier un objectif accessible, la raison n’en est pas la disparition de l’alternative au capitalisme incarnée par le régime soviétique qui ne dispensait certains avantages sociaux qu’au prix de la privation de liberté, moins encore une transformation radicale dans notre compréhension de l’histoire et le culte du présent immédiat, mais la prédominance d’une conception fétichiste des rapports sociaux. À la lumière de cette analyse, Axel Honneth élabore les modifications conceptuelles nécessaires — notamment la "liberté sociale" — afin que les idées socialistes retrouvent leur virulence perdue.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

15,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'idée du socialisme. Un essai d'actualisation”

Fiche technique

Résumé

Nos sociétés sont travaillées par une contradiction étonnante et inexplicable : jamais autant de gens n’ont simultanément dénoncé les conséquences sociales et politiques générées par la mondialisation ; jamais autant de gens n’ont été incapables de dépasser l’état de choses existant et d’imaginer un état social innovant au-delà du capitalisme. Cette dissociation de l’indignation d’avec tout objectif d’avenir est quelque chose de nouveau dans l’histoire de la modernité. Les processus socio-économiques apparaissent désormais bien trop complexes, voire totalement opaques à la conscience publique pour que soient jugées possibles des interventions humaines ciblées. La célèbre analyse du fétichisme développée par Marx dans le Capital ne prend qu’aujourd’hui son sens historique : ce n’est pas dans le passé du capitalisme, lorsque le mouvement ouvrier imaginait encore pouvoir transformer la situation donnée, mais seulement de nos jours que triomphe la conviction générale selon laquelle les relations sociales sont aussi peu transformables dans leur substance que le sont les choses extérieures. Si l’indignation générale suscitée par la répartition scandaleuse de la richesse et du pouvoir ne nous rend manifestement plus capable d’identifier un objectif accessible, la raison n’en est pas la disparition de l’alternative au capitalisme incarnée par le régime soviétique qui ne dispensait certains avantages sociaux qu’au prix de la privation de liberté, moins encore une transformation radicale dans notre compréhension de l’histoire et le culte du présent immédiat, mais la prédominance d’une conception fétichiste des rapports sociaux. À la lumière de cette analyse, Axel Honneth élabore les modifications conceptuelles nécessaires — notamment la "liberté sociale" — afin que les idées socialistes retrouvent leur virulence perdue.

Biographie d’Axel Honneth

Philosophe et sociologue, Axel Honneth est né en 1949. Il dirige depuis 2001 l’Institut de recherche sociale de l’université de Francfort où il a succédé à Jürgen Habermas. Il incarne ce que l’on appelle « la troisième génération de l’École de Francfort ». De lui, les Éditions Gallimard ont déjà publié La réification. Petit traité de Théorie critique (NRF Essais, 2007), La lutte pour la reconnaissance (Folio essais n° 576), Ce que social veut dire, 1. Le déchirement du social (NRF Essais, 2013).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire