Votre compte

L'ouverture des terres


Les anciens Grecs de Thessalie vénéraient sous le nom d’Askalapios un dieu à la fois destructeur et guérisseur : le dieu-taupe. Souvent tenu pour le fils d’Apollon, ce dieu-zigzag, ce dieu vorace qui dégage sa propre lumière, ce dieu-nombril, était en fait Apollon lui-même. Dieu-taupe (ou rat, lézard, hibou) et dieu-soleil, voici réunie en un seul mythe notre double appartenance : dessus-dessous. L’une sacrée, publique, cotée ; l’autre secrète, dissimulée, « honteuse ». Mais ce qui se passe sous terre, n’est-ce pas aussi notre soleil ? Les enfants n’imaginent-ils pas que, sous le sol qu’ils foulent, s’ils creusent, c’est le ciel ? Si nous acceptons de pénétrer dans nos dessous, si nous refusons l’exaltation (intéressée, rassurante, mystifiante) des surfaces, n’allons-nous pas découvrir le monde réel qu’on nous cache ? Il suffit qu’un homme entre dans une femme et se perde dans le couloir labyrinthique qu’il creuse devant lui, en lui ; qu’une petite fille s’engage dans sa maladie comme dans un palais en folie pour inventorier un autre espace, un autre corps ; que nous suivions le travail du laboureur ouvrant les terres, et sans chercher à recouvrir ce travail à coups de « poésie » ; il suffit même qu’un homme mange, en osant descendre jusqu’au fond de sa nourriture, pour qu’il se sente tout retourné, à vif. Quelquefois il faut se faire taupe pour écrire.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'ouverture des terres”

Fiche technique

Résumé

Les anciens Grecs de Thessalie vénéraient sous le nom d’Askalapios un dieu à la fois destructeur et guérisseur : le dieu-taupe. Souvent tenu pour le fils d’Apollon, ce dieu-zigzag, ce dieu vorace qui dégage sa propre lumière, ce dieu-nombril, était en fait Apollon lui-même. Dieu-taupe (ou rat, lézard, hibou) et dieu-soleil, voici réunie en un seul mythe notre double appartenance : dessus-dessous. L’une sacrée, publique, cotée ; l’autre secrète, dissimulée, « honteuse ». Mais ce qui se passe sous terre, n’est-ce pas aussi notre soleil ? Les enfants n’imaginent-ils pas que, sous le sol qu’ils foulent, s’ils creusent, c’est le ciel ? Si nous acceptons de pénétrer dans nos dessous, si nous refusons l’exaltation (intéressée, rassurante, mystifiante) des surfaces, n’allons-nous pas découvrir le monde réel qu’on nous cache ? Il suffit qu’un homme entre dans une femme et se perde dans le couloir labyrinthique qu’il creuse devant lui, en lui ; qu’une petite fille s’engage dans sa maladie comme dans un palais en folie pour inventorier un autre espace, un autre corps ; que nous suivions le travail du laboureur ouvrant les terres, et sans chercher à recouvrir ce travail à coups de « poésie » ; il suffit même qu’un homme mange, en osant descendre jusqu’au fond de sa nourriture, pour qu’il se sente tout retourné, à vif. Quelquefois il faut se faire taupe pour écrire.

Biographie de Daniel Oster

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire