Votre compte

La Barbarie ordinaire


Plutarque raconte que, des sept mille Athéniens faits prisonniers durant les guerres de Sicile, échappčrent aux travaux forcés dans les latomies, et donc ŕ la mort, ceux qui surent réciter ŕ leurs vainqueurs Grecs comme eux, quelques vers d'Euripide. Les nazis n'appliqučrent pas ce trait de clémence antique aux déportés des camps. Citer Goethe ou Schiller ne fut ŕ ces derniers d'aucun secours. Pourtant la mémoire - la culture - joua un rôle majeur dans le destin des déportés. Savoir par cur un počme met ŕ l'abri du désastre. Ce que l'on garde en esprit, aucune Gestapo, aucune Guépéou, aucune C.I.A. ne peut vous le retirer. En septembre 1944, le peintre Zoran Music est déporté ŕ Dachau. Il y réalise, au risque de sa vie, une centaine de dessins décrivant ce qu'il voit : les scčnes de pendaison, les fours crématoires, les cadavres empilés par dizaines, c'est-ŕ-dire l'indescriptible. Plus que la formule trop citée d'Adorno sur Auschwitz, la question que pose ce livre est la suivante : que pouvait alors la mémoire contre la mort, l'art contre l'indicible ? Non pas 'aprčs', mais dans le quotidien de la vie des camps ? Que peut-elle aujourd'hui dans une modernité qui, par son déni de la culture au nom de l'égalitarisme, et par sa tentation, au nom du progrčs biologique, de légaliser l'euthanasie et l'eugénisme, semble souscrire au nomos de la vie concentrationnaire męme ?

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

9,91 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La Barbarie ordinaire”

Fiche technique

Résumé

Plutarque raconte que, des sept mille Athéniens faits prisonniers durant les guerres de Sicile, échappčrent aux travaux forcés dans les latomies, et donc ŕ la mort, ceux qui surent réciter ŕ leurs vainqueurs Grecs comme eux, quelques vers d'Euripide. Les nazis n'appliqučrent pas ce trait de clémence antique aux déportés des camps. Citer Goethe ou Schiller ne fut ŕ ces derniers d'aucun secours. Pourtant la mémoire - la culture - joua un rôle majeur dans le destin des déportés. Savoir par cur un počme met ŕ l'abri du désastre. Ce que l'on garde en esprit, aucune Gestapo, aucune Guépéou, aucune C.I.A. ne peut vous le retirer. En septembre 1944, le peintre Zoran Music est déporté ŕ Dachau. Il y réalise, au risque de sa vie, une centaine de dessins décrivant ce qu'il voit : les scčnes de pendaison, les fours crématoires, les cadavres empilés par dizaines, c'est-ŕ-dire l'indescriptible. Plus que la formule trop citée d'Adorno sur Auschwitz, la question que pose ce livre est la suivante : que pouvait alors la mémoire contre la mort, l'art contre l'indicible ? Non pas 'aprčs', mais dans le quotidien de la vie des camps ? Que peut-elle aujourd'hui dans une modernité qui, par son déni de la culture au nom de l'égalitarisme, et par sa tentation, au nom du progrčs biologique, de légaliser l'euthanasie et l'eugénisme, semble souscrire au nomos de la vie concentrationnaire męme ?

Biographie de Jean Clair

C'est par ce titre, en 1983, que Jean Clair s'est imposé comme le critique le plus virulent, de l'intérieur, de la modernité ou postmodernité artistique. Depuis lors, ces conclusions ont inspiré tout une littérature sur les promesses et désillusions du monde moderne.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire