Votre compte

La bête Folzingue


Le duc de Touchefond et 99,9 % de ses sujets sont folzingues, ce qui, en 1972, n’est pas surprenant. Des circonstances érotico-économiques et autres hasards ont conduit quelques savants toccafundiens à inventer une bête folzingue dont les ravages — estimés à plusieurs milliards de fafignols — ne se limitent pas, hélas à la mise à mal de bien consommables, ni à l’évanouissement de lots de prolétaires croqués vifs ; le monstre fait aussi obstacle aux amours de Justine, la fille du duc, et de Blaise, son bibliothécaire. L’auteur se défend d’être porteur d’un message ; les services des postes et télécommunications sont là pour ça. Il s’est amusé à écrire ce conte, n’hésitant pas à jouer du contrepet et de l’alexandrin, de l’anacoluthe et de l’anxiété, du barbarisme et de l’à-peu-près, de l’anarchie et, naturellement, du bilboquet. Surtout il exalte la merveilleuse vertu de l’humour et du rire.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La bête Folzingue”

Fiche technique

Résumé

Le duc de Touchefond et 99,9 % de ses sujets sont folzingues, ce qui, en 1972, n’est pas surprenant. Des circonstances érotico-économiques et autres hasards ont conduit quelques savants toccafundiens à inventer une bête folzingue dont les ravages — estimés à plusieurs milliards de fafignols — ne se limitent pas, hélas à la mise à mal de bien consommables, ni à l’évanouissement de lots de prolétaires croqués vifs ; le monstre fait aussi obstacle aux amours de Justine, la fille du duc, et de Blaise, son bibliothécaire. L’auteur se défend d’être porteur d’un message ; les services des postes et télécommunications sont là pour ça. Il s’est amusé à écrire ce conte, n’hésitant pas à jouer du contrepet et de l’alexandrin, de l’anacoluthe et de l’anxiété, du barbarisme et de l’à-peu-près, de l’anarchie et, naturellement, du bilboquet. Surtout il exalte la merveilleuse vertu de l’humour et du rire.

Biographie d’Alain Reinberg

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire