Votre compte

La bioéthique

Cécile Marin (illustrator)

Philippe Rekacewicz (illustrator)


Au XVIe siècle, les anatomistes commencèrent à disséquer les corps morts ; au XIXe, Claude Bernard se proposait d’ouvrir les vivants ; à la fin du XXe siècle, naissait le premier bébé éprouvette. Le besoin de connaissance, permanent et multiforme, est-il un risque ? Les philosophes des Lumières, partagés sur la question, s’interrogèrent, à cette occasion, sur la place de l’éthique dans l’expérimentation scientifique. Depuis, il y eut la pratique de l’eugénisme, organisée aussi bien par l’État nazi que par certaines démocraties, il y eut des embryons congelés et les clones d’animaux. La science a-t-elle tous les droits en matière de recherche, alors que ses travaux engagent le devenir des humains ? L’éthique a-t-elle le pouvoir de tracer des interdits aux activités de la connaissance ? Voilà des questions, qui mettent d’abord en évidence l’inquiétude des sociétés humaines face à la science, face à une démarche qui transforme — systématiquement — le sujet pensant en objet à soigner, à améliorer, à transformer.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La bioéthique”

Fiche technique

Résumé

Au XVIe siècle, les anatomistes commencèrent à disséquer les corps morts ; au XIXe, Claude Bernard se proposait d’ouvrir les vivants ; à la fin du XXe siècle, naissait le premier bébé éprouvette. Le besoin de connaissance, permanent et multiforme, est-il un risque ? Les philosophes des Lumières, partagés sur la question, s’interrogèrent, à cette occasion, sur la place de l’éthique dans l’expérimentation scientifique. Depuis, il y eut la pratique de l’eugénisme, organisée aussi bien par l’État nazi que par certaines démocraties, il y eut des embryons congelés et les clones d’animaux. La science a-t-elle tous les droits en matière de recherche, alors que ses travaux engagent le devenir des humains ? L’éthique a-t-elle le pouvoir de tracer des interdits aux activités de la connaissance ? Voilà des questions, qui mettent d’abord en évidence l’inquiétude des sociétés humaines face à la science, face à une démarche qui transforme — systématiquement — le sujet pensant en objet à soigner, à améliorer, à transformer.

Biographie de Valérie Marange

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire