Votre compte

La Cantatrice


Quand, le 3 mars 1875, Carmen fut joué pour la première fois à Paris, le personnage scandalisa. Celle qui allait lui donner ses lettres de noblesse, Emma Calvé, était une petite paysanne de l'Aveyron qui, à dix-sept ans, n'avait que sa beauté, sa volonté, une sensualité de gitane et, surtout, une voix exceptionnelle. Sans le savoir, Emma Calvé était déjà une cantatrice. Elle était Carmen. Une passionnée, à qui la reine Victoria offrit son amitié. Une ensorcelleuse, qui se lia avec les occultistes, les mages et les mystiques. Une femme enfin, dont les choix amoureux défièrent la morale de son temps : Henri Caïn, le juif ; Jules Bois, le sataniste ; Bérenger Saunière, le prêtre ; Higgins, le milliardaire aveugle et Galileo Gaspari, le dépravé. Toute sa vie, Emma Calvé la voua corps et âme à l'opéra. En quête d'absolu, jusqu'à ses derniers instants, elle chercha sa voie avec un enthousiasme qui brûla ceux qui la côtoyèrent... Carmen encore, Carmen toujours.
7,99 €
?

Version papier

10,48 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La Cantatrice”

Fiche technique

Résumé

Quand, le 3 mars 1875, Carmen fut joué pour la première fois à Paris, le personnage scandalisa. Celle qui allait lui donner ses lettres de noblesse, Emma Calvé, était une petite paysanne de l'Aveyron qui, à dix-sept ans, n'avait que sa beauté, sa volonté, une sensualité de gitane et, surtout, une voix exceptionnelle. Sans le savoir, Emma Calvé était déjà une cantatrice. Elle était Carmen. Une passionnée, à qui la reine Victoria offrit son amitié. Une ensorcelleuse, qui se lia avec les occultistes, les mages et les mystiques. Une femme enfin, dont les choix amoureux défièrent la morale de son temps : Henri Caïn, le juif ; Jules Bois, le sataniste ; Bérenger Saunière, le prêtre ; Higgins, le milliardaire aveugle et Galileo Gaspari, le dépravé. Toute sa vie, Emma Calvé la voua corps et âme à l'opéra. En quête d'absolu, jusqu'à ses derniers instants, elle chercha sa voie avec un enthousiasme qui brûla ceux qui la côtoyèrent... Carmen encore, Carmen toujours.

Biographie de Jean-Michel Thibaux

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire