Votre compte

La cérémonie des inquiétudes


"C’était un beau loup joueur sous la jupe des arbres Je m’en souviens car les cerisiers étaient en pleurs Les talus hérissés d’iris la mer étale appelait le soir Et moi je me soutenais avec l’ombre l’air était fou Et arrogant Le vent décoiffait les chevaux blonds Il n’y avait rien à comprendre c’est bien souvent cela La vie : les pierres tièdes sous la peau des pieds nus L’odeur du pain qui grille jusqu'à l’or cuivré le livre Qu’on ne voudrait pas finir et soudain c’est la fin Le soleil du matin qui a des rires à tous les rayons Une femme dont la peau luit dans le noir mon Dieu Qu’elle est belle : la rivière s’arrête pour la regarder C’était pareil c’est la vie qui passe je me souviens De celles dont j’ai touché le visage que sont-elles Devenues le loup s’est enfui peut-être ou on l’a tué Dis que reste-t-il du vent de l’ombre de cet instant" Alain Duault

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
?

Version papier

18,00 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La cérémonie des inquiétudes”

Fiche technique

  • Auteur : Alain Duault
  • Éditeur : Editions Gallimard
  • Collection : blanche
  • Date de parution : 27/02/20
  • EAN : 9782072860690
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 160
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

"C’était un beau loup joueur sous la jupe des arbres Je m’en souviens car les cerisiers étaient en pleurs Les talus hérissés d’iris la mer étale appelait le soir Et moi je me soutenais avec l’ombre l’air était fou Et arrogant Le vent décoiffait les chevaux blonds Il n’y avait rien à comprendre c’est bien souvent cela La vie : les pierres tièdes sous la peau des pieds nus L’odeur du pain qui grille jusqu'à l’or cuivré le livre Qu’on ne voudrait pas finir et soudain c’est la fin Le soleil du matin qui a des rires à tous les rayons Une femme dont la peau luit dans le noir mon Dieu Qu’elle est belle : la rivière s’arrête pour la regarder C’était pareil c’est la vie qui passe je me souviens De celles dont j’ai touché le visage que sont-elles Devenues le loup s’est enfui peut-être ou on l’a tué Dis que reste-t-il du vent de l’ombre de cet instant" Alain Duault

Biographie d’Alain Duault

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire