Votre compte

La guerre sociale en France


La tentation d'un pouvoir autoritaire dans la France de 2019 trouve ses racines dans la vision économique du candidat Macron. En défendant l'idée d'une transformation néolibérale radicale du modèle économique, ce programme conduit à un inévitable conflit avec une population opposée à une telle évolution. Incapable de construire une majorité autour de ce projet, le pouvoir n'a d'autres solutions que de durcir la démocratie par un excès d'autorité permanent.
Depuis des décennies, la pensée néolibérale française mène une guerre larvée contre le système économique de l'après-guerre. Mais la résistance d'une population refusant un déséquilibre des politiques en faveur du capital a abouti à un modèle mixte, intégrant des éléments néolibéraux plus modérés qu'ailleurs, et maintenu un compromis social. Le système politique français a ainsi construit un équilibre sur une série de compensations au monde du travail face aux réformes.
À partir de la crise de 2008, l'offensive néolibérale s'est accentuée et radicalisée dans un rejet complet du compromis politique et de l'équilibre. L'échec de Sarkozy et de Hollande à imposer une accélération des réformes a débouché sur une vision extrémiste du néolibéralisme, inscrite dans le programme d'Emmanuel Macron.
Ce dernier se présente comme l'homme de la revanche d'un capitalisme français qui jadis a combattu et vaincu le travail avec l'appui de l'État, mais qui a dû, dans les années 1930, accepter la médiation publique pour " civiliser " la lutte de classes. Selon Emmanuel Macron, la guerre sociale, déclarée voici quarante ans, doit désormais aboutir à la victoire de l'État néolibéral. C'est oublier que la France rejette profondément cette évolution.
Arrivé au pouvoir sans disposer d'une adhésion majoritaire à ce programme, le président doit faire face à des oppositions hétéroclites mais décidées à rejeter son projet néolibéral, largement à contretemps des enjeux de l'époque. Mais dans un système politique capable de lui donner le pouvoir sans lui assurer d'adhésion majoritaire, il avance en force, en voulant faire taire les oppositions par des excès continuels d'autorité. Selon une méthode classique du néolibéralisme : de l'épuisement de la société doit provenir son obéissance. Pour cela, il n'hésite pas à bousculer une démocratie déjà fragilisée.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
Sortie prévue le 26/09/19. ?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La guerre sociale en France”

Fiche technique

  • Auteur : Romaric GODIN
  • Éditeur : La Découverte
  • Date de parution : 26/09/19
  • EAN : 9782348046520
  • Format : ePub
  • Protection : pas de protection

Résumé

La tentation d'un pouvoir autoritaire dans la France de 2019 trouve ses racines dans la vision économique du candidat Macron. En défendant l'idée d'une transformation néolibérale radicale du modèle économique, ce programme conduit à un inévitable conflit avec une population opposée à une telle évolution. Incapable de construire une majorité autour de ce projet, le pouvoir n'a d'autres solutions que de durcir la démocratie par un excès d'autorité permanent.
Depuis des décennies, la pensée néolibérale française mène une guerre larvée contre le système économique de l'après-guerre. Mais la résistance d'une population refusant un déséquilibre des politiques en faveur du capital a abouti à un modèle mixte, intégrant des éléments néolibéraux plus modérés qu'ailleurs, et maintenu un compromis social. Le système politique français a ainsi construit un équilibre sur une série de compensations au monde du travail face aux réformes.
À partir de la crise de 2008, l'offensive néolibérale s'est accentuée et radicalisée dans un rejet complet du compromis politique et de l'équilibre. L'échec de Sarkozy et de Hollande à imposer une accélération des réformes a débouché sur une vision extrémiste du néolibéralisme, inscrite dans le programme d'Emmanuel Macron.
Ce dernier se présente comme l'homme de la revanche d'un capitalisme français qui jadis a combattu et vaincu le travail avec l'appui de l'État, mais qui a dû, dans les années 1930, accepter la médiation publique pour " civiliser " la lutte de classes. Selon Emmanuel Macron, la guerre sociale, déclarée voici quarante ans, doit désormais aboutir à la victoire de l'État néolibéral. C'est oublier que la France rejette profondément cette évolution.
Arrivé au pouvoir sans disposer d'une adhésion majoritaire à ce programme, le président doit faire face à des oppositions hétéroclites mais décidées à rejeter son projet néolibéral, largement à contretemps des enjeux de l'époque. Mais dans un système politique capable de lui donner le pouvoir sans lui assurer d'adhésion majoritaire, il avance en force, en voulant faire taire les oppositions par des excès continuels d'autorité. Selon une méthode classique du néolibéralisme : de l'épuisement de la société doit provenir son obéissance. Pour cela, il n'hésite pas à bousculer une démocratie déjà fragilisée.

Biographie de Romaric GODIN

Romaric Godin est journaliste économique. Anciennement à La Tribune, où il a été journaliste à partir de 2002, correspondant en Allemagne depuis Francfort (2008 et 2011) puis rédacteur en chef adjoint (2011-2017), il est depuis 2017 journaliste à Mediapart.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire