Votre compte

La justice des gens


La justice internationale commence à la maison : elle règle les relations entre citoyens et étrangers, mais aussi entre citoyens d'un même pays. Le retour des réfugiés chez eux l'atteste : le chez soi est également une affaire internationale. Cette immanence de l'international a trouvé une traduction juridique dans l'émergence du droit pénal international, qui juge des chefs d'État et s'immisce dans la souveraineté étatique. Victimes, témoins, inculpés d'un même pays, d'une même municipalité se confrontent et s'affrontent avec le droit international comme norme. Cette justice devient celle des gens ordinaires. Fondé sur des enquêtes de terrain en Bosnie-Herzégovine, ce livre a pour objet le sens de la justice internationale, comme signification et comme valeur. Alliant sciences sociales et philosophie, il analyse quatre phénomènes majeurs de l'après-guerre : la réception de l'aide humanitaire, le retour des réfugiés, les réclamations des associations de victimes, le témoignage au Tribunal pénal international. Il explore des réalités méconnues, comme la condition relationnelle des victimes ou la délicate position des témoins de la défense. Ce cheminement à travers la Bosnie d'après-guerre met à l'épreuve nos modes de pensée et leur possible ethnocentrisme. Un tel décentrement vise une conversion cosmopolitique du regard.

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Version papier

28,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La justice des gens”

Fiche technique

Résumé

La justice internationale commence à la maison : elle règle les relations entre citoyens et étrangers, mais aussi entre citoyens d'un même pays. Le retour des réfugiés chez eux l'atteste : le chez soi est également une affaire internationale. Cette immanence de l'international a trouvé une traduction juridique dans l'émergence du droit pénal international, qui juge des chefs d'État et s'immisce dans la souveraineté étatique. Victimes, témoins, inculpés d'un même pays, d'une même municipalité se confrontent et s'affrontent avec le droit international comme norme. Cette justice devient celle des gens ordinaires. Fondé sur des enquêtes de terrain en Bosnie-Herzégovine, ce livre a pour objet le sens de la justice internationale, comme signification et comme valeur. Alliant sciences sociales et philosophie, il analyse quatre phénomènes majeurs de l'après-guerre : la réception de l'aide humanitaire, le retour des réfugiés, les réclamations des associations de victimes, le témoignage au Tribunal pénal international. Il explore des réalités méconnues, comme la condition relationnelle des victimes ou la délicate position des témoins de la défense. Ce cheminement à travers la Bosnie d'après-guerre met à l'épreuve nos modes de pensée et leur possible ethnocentrisme. Un tel décentrement vise une conversion cosmopolitique du regard.

Biographie d’Isabelle Delpla

Comment situer le principe de charité par rapport à la maxime anthropologique enjoignant de prendre les autres au sérieux ?

Cet ouvrage s'adresse aux philosophes mais aussi aux sociologues et anthropologues

SOMMAIRE

Introduction : Le principe de charité selon Wilson, vérité historique et référence

I -- Etrangeté anthropologique et étrangeté des anthropologues : La mentalité prélogique selon Lévy-Bruhl -- L'hypothèse Sapir-Whorf ou la langue comme vision du monde

II -- La charité selon Quine

III -- Rationalité et principe d'interprétation selon Davidson

IV -- Les ramifications du principe de charité, Dennett, Dworkin ...

Conclusion : Nature et portée du principe de charité -- Des principes en compétition, empathie, charité, pertinence -- Applications concrètes en anthropologie et en psychologie

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire