Votre compte

La Lanterne

Jean-François Nadeau (prepared_for_publication_by)

Jonathan Livernois (prepared_for_publication_by)


« Jongleurs, artisans d’ombres, fabricants de fausses clefs pour les verrous du paradis, arrière, laissez l’homme libre afin qu’il grandisse ; et si vous ne pouvez le suivre, ne cherchez pas du moins à le retenir », écrit Arthur Buies dans La Lanterne. Ce journal, digne de l’esprit des Lumières et jamais réédité intégralement, est une étoile filante dans le ciel de l’histoire des idées au Québec. Il ne paraît que durant un bref moment, de septembre 1868 à mars 1869. Arthur Buies, son seul animateur, frappe de sa plume les conservateurs et les religieux. Il peste contre la bêtise et la superstition dans lesquelles sont englués ses contemporains. Il traite aussi de sujets politiques, comme la Confédération ou l’annexion aux États-Unis, de nouvelles internationales, notamment de la révolution espagnole de 1868 et des après-coups du Risorgimento. Esprit révolté et curieux, anticlérical, ses adversaires le vouaient à l’oubli ou, à l’instar d’un Claude-Henri Grignon, l’auteur des Belles histoires des pays d’en haut, à la damnation sous forme de portrait caricatural. Nous faisons revivre ici son œuvre en publiant dans leur intégralité sept numéros de La Lanterne.
11,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La Lanterne”

Fiche technique

Résumé

« Jongleurs, artisans d’ombres, fabricants de fausses clefs pour les verrous du paradis, arrière, laissez l’homme libre afin qu’il grandisse ; et si vous ne pouvez le suivre, ne cherchez pas du moins à le retenir », écrit Arthur Buies dans La Lanterne. Ce journal, digne de l’esprit des Lumières et jamais réédité intégralement, est une étoile filante dans le ciel de l’histoire des idées au Québec. Il ne paraît que durant un bref moment, de septembre 1868 à mars 1869. Arthur Buies, son seul animateur, frappe de sa plume les conservateurs et les religieux. Il peste contre la bêtise et la superstition dans lesquelles sont englués ses contemporains. Il traite aussi de sujets politiques, comme la Confédération ou l’annexion aux États-Unis, de nouvelles internationales, notamment de la révolution espagnole de 1868 et des après-coups du Risorgimento. Esprit révolté et curieux, anticlérical, ses adversaires le vouaient à l’oubli ou, à l’instar d’un Claude-Henri Grignon, l’auteur des Belles histoires des pays d’en haut, à la damnation sous forme de portrait caricatural. Nous faisons revivre ici son œuvre en publiant dans leur intégralité sept numéros de La Lanterne.

Biographie d’Arthur Buies

Écrivain, journaliste et essayiste canadien-français né en 1840 et mort en 1901. Entre 1868 et 1869, il fait paraître le journal satirique La Lanterne canadienne.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire