Votre compte

La Ligue des dames pour le transfert de la papauté aux Amériques

Jocelyne Sephord (translator)

René Marx (translator)


" Alberti a pour lui trois atouts : Venise, l'aristocratie, le goût du saugrenu. C'est assez pour qu'on cède au charme. " Le Monde
Aldo Alberti naît en 1908 dans une ancienne famille vénitienne. Dès les années vingt, il collabore à des revues, crée et dirige Esso Rivista. En 1932, une phrase tirée d'un texte publié dans Tribuna lui vaut les foudres mussoliniennes : " Avec toutes les femmes qu'il y a sur terre, mieux vaut ne pas se sacrifier pour une seule. " Résistant, il participe activement à la libération de Venise. La Ligue des dames pour le transfert de la papauté aux Amériques regroupe trois nouvelles qui forment une ode à la Sérénissime qu'il aime avec déraison.

" Alberti a pour lui trois atouts : Venise, l'aristocratie, le goût du saugrenu. C'est assez pour qu'on cède au charme.
La noblesse décadente, on l'apprend, n'est pas forcément déchue. Elle sait honorer ses ancêtres et les entourer de respect, mais elle sait également combattre le fascisme. Sur un ton délicieusement loufoque, qui le rapproche autant de Landolfi que d'un certain humour anglais, Aldo Alberti met en scène une petite caste farfelue qu'aucun préjugé ne saurait soumettre et qui tente d'extirper de ses terres le mal, qu'il prenne la forme du démon nazi ou qu'il s'identifie au pouvoir séculier de l'Église. " René de Ceccatty, Le Monde

Ce livre est classé dans les catégories :

6,99 €
?

Version papier

10,40 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La Ligue des dames pour le transfert de la papauté aux Amériques”

Fiche technique

Résumé

" Alberti a pour lui trois atouts : Venise, l'aristocratie, le goût du saugrenu. C'est assez pour qu'on cède au charme. " Le Monde
Aldo Alberti naît en 1908 dans une ancienne famille vénitienne. Dès les années vingt, il collabore à des revues, crée et dirige Esso Rivista. En 1932, une phrase tirée d'un texte publié dans Tribuna lui vaut les foudres mussoliniennes : " Avec toutes les femmes qu'il y a sur terre, mieux vaut ne pas se sacrifier pour une seule. " Résistant, il participe activement à la libération de Venise. La Ligue des dames pour le transfert de la papauté aux Amériques regroupe trois nouvelles qui forment une ode à la Sérénissime qu'il aime avec déraison.

" Alberti a pour lui trois atouts : Venise, l'aristocratie, le goût du saugrenu. C'est assez pour qu'on cède au charme.
La noblesse décadente, on l'apprend, n'est pas forcément déchue. Elle sait honorer ses ancêtres et les entourer de respect, mais elle sait également combattre le fascisme. Sur un ton délicieusement loufoque, qui le rapproche autant de Landolfi que d'un certain humour anglais, Aldo Alberti met en scène une petite caste farfelue qu'aucun préjugé ne saurait soumettre et qui tente d'extirper de ses terres le mal, qu'il prenne la forme du démon nazi ou qu'il s'identifie au pouvoir séculier de l'Église. " René de Ceccatty, Le Monde

Biographie d’Aldo Alberti

Aldo Alberti est né en 1908 dans une vieille famille vénitienne. Une nouvelle qu’il publie en 1932 lui vaut les foudres de la censure pour une phrase qui n’avait pas eu l’heur de plaire à Mussolini : « Avec toutes les femmes qu’il y a sur terre, mieux vaut ne pas se sacrifier pour une seule. » Aldo Alberti vit à Rome, à quelques pas du Tibre.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire