Votre compte

La musique concrète


Le 18 mars 1950, dans la respectable salle de l’École normale de musique, eut lieu un « premier concert de musique concrète ». Les auditeurs allaient, les tout premiers, subir une privation essentielle : l’absence de musiciens, et subir l’épreuve de l’inouï : non seulement des sons jamais entendus, mais des assemblages de sons dont il était impossible de dire s’ils obéissaient à des lois prévues par les auteurs, ou s’ils tenaient simplement du hasard. Même envoûtant, ce nouveau langage était étrange, quasi étranger. S’agissait-il même encore d’un langage ? La révolution technique apporte-t-elle de nouveaux moyens de « faire de la musique », ou bien nous mène-t-elle à la découverte de nouvelles musiques, que nous ne savons pas encore faire, et encore moins entendre ? L’esprit de la musique est-il préexistant aux sons ? Ou bien, au contraire, est-ce à partir d’une pratique des sons que le musical peut apparaître, s’élaborer, et se renouveler ?

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Version papier

19,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La musique concrète”

Fiche technique

Résumé

Le 18 mars 1950, dans la respectable salle de l’École normale de musique, eut lieu un « premier concert de musique concrète ». Les auditeurs allaient, les tout premiers, subir une privation essentielle : l’absence de musiciens, et subir l’épreuve de l’inouï : non seulement des sons jamais entendus, mais des assemblages de sons dont il était impossible de dire s’ils obéissaient à des lois prévues par les auteurs, ou s’ils tenaient simplement du hasard. Même envoûtant, ce nouveau langage était étrange, quasi étranger. S’agissait-il même encore d’un langage ? La révolution technique apporte-t-elle de nouveaux moyens de « faire de la musique », ou bien nous mène-t-elle à la découverte de nouvelles musiques, que nous ne savons pas encore faire, et encore moins entendre ? L’esprit de la musique est-il préexistant aux sons ? Ou bien, au contraire, est-ce à partir d’une pratique des sons que le musical peut apparaître, s’élaborer, et se renouveler ?

Biographie de Pierre Schaeffer

Le 18 mars 1950, dans la respectable salle de l’École normale de musique, eut lieu un « premier concert de musique concrète ». Les auditeurs allaient, les tout premiers, subir une privation essentielle : l’absence de musiciens, et subir l’épreuve de l’inouï : non seulement des sons jamais entendus, mais des assemblages de sons dont il était impossible de dire s’ils obéissaient à des lois prévues par les auteurs, ou s’ils tenaient simplement du hasard. Même envoûtant, ce nouveau langage était étrange, quasi étranger. S’agissait-il même encore d’un langage ? La révolution technique apporte-t-elle de nouveaux moyens de « faire de la musique », ou bien nous mène-t-elle à la découverte de nouvelles musiques, que nous ne savons pas encore faire, et encore moins entendre ? L’esprit de la musique est-il préexistant aux sons ? Ou bien, au contraire, est-ce à partir d’une pratique des sons que le musical peut apparaître, s’élaborer, et se renouveler ?

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire