Votre compte

La petite Apocalypse illustrée


On l’avait vue se profiler dans le premier ouvrage de Josée Marcotte : la Princesse Apocalypse, sorte de double opposé de Marge, « femme vindicative, sèche, qui se voudrait de bois, morte comme l'arbre debout, à l'image du métier à tisser des Parques, qui choisit de gouverner le pays plutôt qu'elle-même», lit-on sur le blog Mémoire d’outre-songe qui lui est consacré. Comme Marge, Apocalypse est un être de langage, une mégalo-fiction enroulée sur elle-même. Si le vindicatif était un temps de verbe, il s’appellerait Apocalypse... Pas étonnant alors que le texte prenne la forme d’un dictionnaire, dans la tradition humoristique héritée de Flaubert. On apprendra ainsi ce qu’est une «anacoluthe ulcéreuse» ou le sens de la «margitude». Tout le lexique de l’univers déjanté de Josée Marcotte, en un seul ouvrage enrichi d’illustrations couleur!

ML

Sites de l’auteure : L’Imachination, Marge, Mémoire d’outre-songe

"L'écrivain devrait toujours être un magicien qui tire une chaloupe de son chapeau."

Avec "Marge", la québécoise Josée Marcotte reprenait à son compte, entre Amérique et Europe, la tradition des Plume et M. Teste, sauf que cette fois c'était au féminin.

Dans l'épopée de Marge, des personnages sont apparus, devenus récurrents, s'accaparant tout un coin de livre. AInsi, cette "Princesse Apocalypse".

Un nom pas facile à porter, en temps d'excès et de risque, où les horizons du monde sont sombres, et la langue parfois triste. La Princesse Apocalypse est aussi ce qui nous permet de tenir tout ça à distance, de retourner joyeusement les signes et les mots sur le réel.

Dans "La petite apocalypse illustrée", il n'y a que l'ordre alphabétique à bien vouloir respecter l'usage du dictionnaire. Les définitions s'affolent. Les mots-valises (argumentir, boulivresque, dégoûrager, divertissang, ou bien quand "bordélique" signifie seulement que vous aimez le vin de Bordeaux) sont cette révolte de la langue contre ce qu'on aurait voulu en faire, dans ce terne monde utilitaire. Et les puits de la vieille littérature ne sont jamais très loin dessous.

Mais chaque définition appelle d'autres détournements, signes, personnages, slogans et publicités, dans un jeu où images et mots sont à égalité.

Et c'est tout notre rapport au monde qui est ravivé. Attention, insolence. Attention, pièges et glissades. Mais confiance : c'est notre pouvoir de nommer ici qui reprend force, va plus loin que la réalité.

FB

Ce livre est classé dans les catégories :

3,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La petite Apocalypse illustrée”

Fiche technique

  • Auteur : Josée Marcotte
  • Éditeur : publie.net
  • Collection : Temps Réel
  • Date de parution : 02/05/12
  • EAN : 9782814505780
  • Format : Multi-format
  • Nombre de pages: 98
  • Protection : NC

Résumé

On l’avait vue se profiler dans le premier ouvrage de Josée Marcotte : la Princesse Apocalypse, sorte de double opposé de Marge, « femme vindicative, sèche, qui se voudrait de bois, morte comme l'arbre debout, à l'image du métier à tisser des Parques, qui choisit de gouverner le pays plutôt qu'elle-même», lit-on sur le blog Mémoire d’outre-songe qui lui est consacré. Comme Marge, Apocalypse est un être de langage, une mégalo-fiction enroulée sur elle-même. Si le vindicatif était un temps de verbe, il s’appellerait Apocalypse... Pas étonnant alors que le texte prenne la forme d’un dictionnaire, dans la tradition humoristique héritée de Flaubert. On apprendra ainsi ce qu’est une «anacoluthe ulcéreuse» ou le sens de la «margitude». Tout le lexique de l’univers déjanté de Josée Marcotte, en un seul ouvrage enrichi d’illustrations couleur!

ML

Sites de l’auteure : L’Imachination, Marge, Mémoire d’outre-songe

"L'écrivain devrait toujours être un magicien qui tire une chaloupe de son chapeau."

Avec "Marge", la québécoise Josée Marcotte reprenait à son compte, entre Amérique et Europe, la tradition des Plume et M. Teste, sauf que cette fois c'était au féminin.

Dans l'épopée de Marge, des personnages sont apparus, devenus récurrents, s'accaparant tout un coin de livre. AInsi, cette "Princesse Apocalypse".

Un nom pas facile à porter, en temps d'excès et de risque, où les horizons du monde sont sombres, et la langue parfois triste. La Princesse Apocalypse est aussi ce qui nous permet de tenir tout ça à distance, de retourner joyeusement les signes et les mots sur le réel.

Dans "La petite apocalypse illustrée", il n'y a que l'ordre alphabétique à bien vouloir respecter l'usage du dictionnaire. Les définitions s'affolent. Les mots-valises (argumentir, boulivresque, dégoûrager, divertissang, ou bien quand "bordélique" signifie seulement que vous aimez le vin de Bordeaux) sont cette révolte de la langue contre ce qu'on aurait voulu en faire, dans ce terne monde utilitaire. Et les puits de la vieille littérature ne sont jamais très loin dessous.

Mais chaque définition appelle d'autres détournements, signes, personnages, slogans et publicités, dans un jeu où images et mots sont à égalité.

Et c'est tout notre rapport au monde qui est ravivé. Attention, insolence. Attention, pièges et glissades. Mais confiance : c'est notre pouvoir de nommer ici qui reprend force, va plus loin que la réalité.

FB

Biographie de Josée Marcotte

Née en 1980, Josée Marcotte vit à Québec où elle occupe un poste aux communications-marketing chez le distributeur de livre numérique De Marque. Elle a fait paraître deux titres en édition numérique, La petite Apocalypse illustrée (Publie.net, 2012) et Marge (Publie.net, 2010). Elle a obtenu une mention spéciale du Prix Piché de Poésie 2012 pour « Les mots sont verbe », Poèmes du lendemain 21, Les écrits des Forges. Son premier roman à L'instant même, Les Amazones, est un ouvrage postféministe fantastique qui revisite le mythe. Récipiendaire d'une bourse de la relève de la Ville de Québec en collaboration avec le CALQ (2013), Josée rédige en ce moment un roman qui explore le monde des jeux vidéo et le phénomène Hikikomori au Japon. Site personnel : http://joseemarcotte.com Twitter : @joseemarcotte

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire