Votre compte

La philosophie face à la violence


Face à la violence, que peut la philosophie ? La question se pose avec une terrible acuité après les attentats de janvier 2015 à Paris. Cet ouvrage limpide, étincelant, destiné à un large public, met la philosophie à l’épreuve de la politique, de 1943 — année de la publication de L’Être et le Néant — jusqu’à nos jours, à travers des figures emblématiques.  Sartre donne à sa philosophie de la liberté une portée métaphysique. Camus récuse la violence en recourant à l’absurde et à la révolte. Pour Merleau-Ponty « l’épaisseur du présent » impose à l’action « les moyens du présent ». Simone Weil, Canguilhem, Cavaillès mettent le pacifisme à l’épreuve et en avant l’expérience de la nécessité. Lévi-Strauss pose le problème de la violence face à la diversité humaine repensée. Deleuze pense la dimension ultime de l’être comme différence. Foucault s’attache à l’enfermement intolérable. Levinas et Derrida analysent le passage de la métaphysique à l’éthique. Jankélévitch se penche sur la question du pardon, de l’impardonnable et de l’imprescriptible. C’est la philosophie tout entière — c’est-à-dire l’action et la pensée, les œuvres et les relations, l’histoire et l’actualité — qui répond à la folie du monde. Aussi ce livre peut-il être lu comme un acte de résistance.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La philosophie face à la violence”

Fiche technique

Résumé

Face à la violence, que peut la philosophie ? La question se pose avec une terrible acuité après les attentats de janvier 2015 à Paris. Cet ouvrage limpide, étincelant, destiné à un large public, met la philosophie à l’épreuve de la politique, de 1943 — année de la publication de L’Être et le Néant — jusqu’à nos jours, à travers des figures emblématiques.  Sartre donne à sa philosophie de la liberté une portée métaphysique. Camus récuse la violence en recourant à l’absurde et à la révolte. Pour Merleau-Ponty « l’épaisseur du présent » impose à l’action « les moyens du présent ». Simone Weil, Canguilhem, Cavaillès mettent le pacifisme à l’épreuve et en avant l’expérience de la nécessité. Lévi-Strauss pose le problème de la violence face à la diversité humaine repensée. Deleuze pense la dimension ultime de l’être comme différence. Foucault s’attache à l’enfermement intolérable. Levinas et Derrida analysent le passage de la métaphysique à l’éthique. Jankélévitch se penche sur la question du pardon, de l’impardonnable et de l’imprescriptible. C’est la philosophie tout entière — c’est-à-dire l’action et la pensée, les œuvres et les relations, l’histoire et l’actualité — qui répond à la folie du monde. Aussi ce livre peut-il être lu comme un acte de résistance.

Biographie de Marc Crépon

Marc Crépon, philosophe, est notamment l’auteur de La Culture de la peur, Identité, sécurité, démocratie (Galilée) et du Consentement meurtrier (Le Cerf). 

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire