Votre compte

La politique par les armes


Que les conflits internationaux créent du « politique » semble une évidence : ils bouleversent les institutions, les finances et l’économie, façonnent de nouvelles formes d’engagement, induisent une mobilisation, entraînent éventuellement des phénomènes de collaboration. L’objectif des études réunies ici n’est pas tant d’étudier à travers les conflits l’essor de « l’État » en lui-même, que de comprendre dans quelle mesure ils ont favorisé l’émergence de nouveaux rapports au politique. Pour cela, l’examen sur la longue durée de terrains variés – de l’Angleterre à Venise, de la Saxe à l’Espagne – permet d’évaluer la construction progressive du politique au cours de guerres étrangères, de guerres civiles aux implications internationales et d’occupations militaires. Dans quelle mesure assiste-t-on à l’apparition de nouvelles formes de politisation des institutions et des populations ? Les conflits sont-ils toujours politisés ? Les tentatives pour les justifier, au nom d’un bien supérieur, créent-elles de nouveaux rapports au sein des sociétés ? Dans ces conflits, la mobilisation croissante des ressources d’un territoire conduit-elle, dès l’époque moderne, aux guerres dites totales ? L’engagement social s’en trouve-t-il modifié et les modalités, comme les lieux, de la prise de parole politique connaissent-ils des mutations ? Les conflits transforment-ils sans cesse les relations que les différents groupes entretiennent entre eux ? Pour répondre à ces interrogations, cet ouvrage réunit les contributions de 16 historiens venus d’Espagne, de Grande-Bretagne, d’Allemagne et de France qui s’attachent à analyser ces processus de politisation entre le XVe et le XIXe siècle.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Version papier

20,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La politique par les armes”

Fiche technique

Résumé

Que les conflits internationaux créent du « politique » semble une évidence : ils bouleversent les institutions, les finances et l’économie, façonnent de nouvelles formes d’engagement, induisent une mobilisation, entraînent éventuellement des phénomènes de collaboration. L’objectif des études réunies ici n’est pas tant d’étudier à travers les conflits l’essor de « l’État » en lui-même, que de comprendre dans quelle mesure ils ont favorisé l’émergence de nouveaux rapports au politique. Pour cela, l’examen sur la longue durée de terrains variés – de l’Angleterre à Venise, de la Saxe à l’Espagne – permet d’évaluer la construction progressive du politique au cours de guerres étrangères, de guerres civiles aux implications internationales et d’occupations militaires. Dans quelle mesure assiste-t-on à l’apparition de nouvelles formes de politisation des institutions et des populations ? Les conflits sont-ils toujours politisés ? Les tentatives pour les justifier, au nom d’un bien supérieur, créent-elles de nouveaux rapports au sein des sociétés ? Dans ces conflits, la mobilisation croissante des ressources d’un territoire conduit-elle, dès l’époque moderne, aux guerres dites totales ? L’engagement social s’en trouve-t-il modifié et les modalités, comme les lieux, de la prise de parole politique connaissent-ils des mutations ? Les conflits transforment-ils sans cesse les relations que les différents groupes entretiennent entre eux ? Pour répondre à ces interrogations, cet ouvrage réunit les contributions de 16 historiens venus d’Espagne, de Grande-Bretagne, d’Allemagne et de France qui s’attachent à analyser ces processus de politisation entre le XVe et le XIXe siècle.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire