Votre compte

La religion des femmes en Grèce ancienne


Vingt ans après la publication de La Fille d’Athènes, Mythes, cultes et société, ouvrage majeur de Pierre Brulé, il convient de suivre les traces de ces petites Athéniennes, sans doute devenues épouses et mères et, chemin faisant, de revenir sur les travaux pionniers de cet helléniste hors norme. En effet, il importe de se mettre en quête de la place que le féminin tient dans les mythes et les rites grecs, de reconsidérer la vision que les hommes proposent des pratiques religieuses des femmes et de revisiter les divinités qui les concernent plus spécifiquement, autant de pistes abordées dans le présent ouvrage. Il s’agit de se demander comment les femmes grecques appréhendaient le domaine cultuel et si elles le faisaient d’une manière particulière, spécifique à leur « nature féminine ». S’agissait-il d’un des seuls domaines dans lequel elles auraient pu trouver une forme d’expression publique et de reconnaissance sociale ? Peut-on parler encore de « citoyenneté cultuelle » pour les femmes grecques ? Il convient toutefois de ne jamais oublier que la « religion des filles c’est celle que les hommes font fonctionner, et d’une certaine façon, utilisent ». Dans le présent volume des contributions sont rassemblées et organisées autour de trois parties : les figures féminines, déesses et héroïnes ; les mots et les noms du féminin et, enfin, les passages et les transmissions féminins.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Version papier

18,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La religion des femmes en Grèce ancienne”

Fiche technique

Résumé

Vingt ans après la publication de La Fille d’Athènes, Mythes, cultes et société, ouvrage majeur de Pierre Brulé, il convient de suivre les traces de ces petites Athéniennes, sans doute devenues épouses et mères et, chemin faisant, de revenir sur les travaux pionniers de cet helléniste hors norme. En effet, il importe de se mettre en quête de la place que le féminin tient dans les mythes et les rites grecs, de reconsidérer la vision que les hommes proposent des pratiques religieuses des femmes et de revisiter les divinités qui les concernent plus spécifiquement, autant de pistes abordées dans le présent ouvrage. Il s’agit de se demander comment les femmes grecques appréhendaient le domaine cultuel et si elles le faisaient d’une manière particulière, spécifique à leur « nature féminine ». S’agissait-il d’un des seuls domaines dans lequel elles auraient pu trouver une forme d’expression publique et de reconnaissance sociale ? Peut-on parler encore de « citoyenneté cultuelle » pour les femmes grecques ? Il convient toutefois de ne jamais oublier que la « religion des filles c’est celle que les hommes font fonctionner, et d’une certaine façon, utilisent ». Dans le présent volume des contributions sont rassemblées et organisées autour de trois parties : les figures féminines, déesses et héroïnes ; les mots et les noms du féminin et, enfin, les passages et les transmissions féminins.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire