Votre compte

La Ville


Arnhem, cité de rentiers, Wiesbaden, cité de retraités, Düsseldorf, cité des banquiers… La liste est longue de villes saisies à un moment historique ou au cours d'une période essentielle de leur histoire : La Mecque, Sparte, Londres et surtout Venise au temps des Guelfes et des Gibelins. Avec La Ville, Weber excelle dans l’art de la typologie. Il y définit toute une gamme de villes « idéaltypiques », selon qu’on les considère sous l’angle juridique, économique, politique. Et il le fait avec d’autant plus d’aisance que son étonnante érudition lui permet d’interpeller les villes babyloniennes, juives, hindoues, islamiques, chinoises ou russes au même titre que celles de l’Antiquité grecque ou romaine et celles du Moyen Âge. En retraçant l’histoire des conjurations et des corporations, Weber souligne l’originalité de l’histoire européenne : la seule à avoir produit la commune dans son plein développement. Du même coup, il évoque le rôle moteur du christianisme, les transformations du rapport entre la ville et la campagne, la nature essentiellement politique des luttes que se livrent les divers ordres sociaux, la lente montée de la bourgeoisie. Le passage du capitalisme foncier impliquant l’esclavage dans l’Antiquité au capitalisme marchand du Moyen Âge n’est jamais qu’une longue série d’étapes d’un processus menant au capitalisme moderne et à l’Etat moderne. La Ville, dit Weber, se développe selon la logique propre à chaque civilisation, mais il existe en même temps une loi interne au champ politique, qui limite le nombre de compromis possibles pour faire cohabiter dans une même cité des couches sociales qui se distinguent et que leurs intérêts opposent. Les rapports de souveraineté et de luttes pour la domination entre villes et Etats sont au cœur de la réflexion wébérienne. Aussi, ces analyses gardent-elles une actualité manifeste en un temps où les métropoles s’agrandissent et en un temps où, avec cet accroissement spatial, démographique et économique, l’acuité des problèmes sociaux, environnementaux et politiques se fait plus vive. Max Weber (1864-1920), économiste allemand, père de la sociologie contemporaine. Né dans une riche famille de la bourgeoise protestante allemande, M. Weber entame des études en Droit et accède au poste de professeur d’Histoire de droit romain et de droit commercial à Berlin (1893) puis à Fribourg (1894). Souffrant de dépression nerveuse, il visite l’Italie et le sud de la France, et c’est à la suite de ce voyage qu’il réoriente ses recherches vers la sociologie dont il fonde en 1909, avec G. Tönnies et G. Simmel, la Société allemande de sociologie. Les années 1915-1919 sont pour Weber une grande période d’activité intellectuelle avec la publication de ses travaux sur la sociologie comparative des religions mondiales. Il meurt peu après avoir obtenu la première chaire de sociologie à Munich. Mal connue en France, la pensée wébérienne s’appuie le processus de rationalisation de la modernité occidentale par de nombreux exemples historiques. Philippe Fritsch a été Professeur de Sociologie à l’Université Lyon 2 et Directeur d’une équipe de recherche associée au CNRS. De L’Education des adultes (1971) à Être Vétérinaire (2011), ses travaux et publications ont également fait place à des intérêts d’ordre épistémologique et de circulation internationale des idées, donc à la traduction de textes de Simmel, Weber et Dirk Kaesler.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

17,00 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La Ville”

Fiche technique

Résumé

Arnhem, cité de rentiers, Wiesbaden, cité de retraités, Düsseldorf, cité des banquiers… La liste est longue de villes saisies à un moment historique ou au cours d'une période essentielle de leur histoire : La Mecque, Sparte, Londres et surtout Venise au temps des Guelfes et des Gibelins. Avec La Ville, Weber excelle dans l’art de la typologie. Il y définit toute une gamme de villes « idéaltypiques », selon qu’on les considère sous l’angle juridique, économique, politique. Et il le fait avec d’autant plus d’aisance que son étonnante érudition lui permet d’interpeller les villes babyloniennes, juives, hindoues, islamiques, chinoises ou russes au même titre que celles de l’Antiquité grecque ou romaine et celles du Moyen Âge. En retraçant l’histoire des conjurations et des corporations, Weber souligne l’originalité de l’histoire européenne : la seule à avoir produit la commune dans son plein développement. Du même coup, il évoque le rôle moteur du christianisme, les transformations du rapport entre la ville et la campagne, la nature essentiellement politique des luttes que se livrent les divers ordres sociaux, la lente montée de la bourgeoisie. Le passage du capitalisme foncier impliquant l’esclavage dans l’Antiquité au capitalisme marchand du Moyen Âge n’est jamais qu’une longue série d’étapes d’un processus menant au capitalisme moderne et à l’Etat moderne. La Ville, dit Weber, se développe selon la logique propre à chaque civilisation, mais il existe en même temps une loi interne au champ politique, qui limite le nombre de compromis possibles pour faire cohabiter dans une même cité des couches sociales qui se distinguent et que leurs intérêts opposent. Les rapports de souveraineté et de luttes pour la domination entre villes et Etats sont au cœur de la réflexion wébérienne. Aussi, ces analyses gardent-elles une actualité manifeste en un temps où les métropoles s’agrandissent et en un temps où, avec cet accroissement spatial, démographique et économique, l’acuité des problèmes sociaux, environnementaux et politiques se fait plus vive. Max Weber (1864-1920), économiste allemand, père de la sociologie contemporaine. Né dans une riche famille de la bourgeoise protestante allemande, M. Weber entame des études en Droit et accède au poste de professeur d’Histoire de droit romain et de droit commercial à Berlin (1893) puis à Fribourg (1894). Souffrant de dépression nerveuse, il visite l’Italie et le sud de la France, et c’est à la suite de ce voyage qu’il réoriente ses recherches vers la sociologie dont il fonde en 1909, avec G. Tönnies et G. Simmel, la Société allemande de sociologie. Les années 1915-1919 sont pour Weber une grande période d’activité intellectuelle avec la publication de ses travaux sur la sociologie comparative des religions mondiales. Il meurt peu après avoir obtenu la première chaire de sociologie à Munich. Mal connue en France, la pensée wébérienne s’appuie le processus de rationalisation de la modernité occidentale par de nombreux exemples historiques. Philippe Fritsch a été Professeur de Sociologie à l’Université Lyon 2 et Directeur d’une équipe de recherche associée au CNRS. De L’Education des adultes (1971) à Être Vétérinaire (2011), ses travaux et publications ont également fait place à des intérêts d’ordre épistémologique et de circulation internationale des idées, donc à la traduction de textes de Simmel, Weber et Dirk Kaesler.

Biographie de Max Weber

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire