Votre compte

Laide mémoire


Les gentils enfants des corons d’Atticourt, ceux qui descendaient au fond de la mine et poussaient les wagonnets remplis de pépites de charbon… Vous vous souvenez de ces gentils enfants qui, avant de cracher leurs poumons pourris par la silicose, sont morts abandonnés, trahis, enfouis… Vous vous souvenez ? Non. Personne à Atticourt ne veut s’en souvenir. Car la mémoire est laide, quelquefois. « Une silhouette sombre lévitait au-dessus de François… Il ne parvenait toujours pas à distinguer la face de l’être flottant… Ce dernier, en revanche, le dévisageait avec une sorte de convoitise. La convoitise d’un prédateur. » Le style de Pascal Françaix est beau, sompteux même. Derrière lui se devine une sensibilité d’autant plus profonde qu’elle est voilée de pudeur. Une émotion venue du Nord et qui ne provient pas seulement du fantastique et de l’horreur, mais d’une chose énigmatique que l’on appelle tout simplement l’écriture. Jean Rollin.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Laide mémoire”

Fiche technique

Résumé

Les gentils enfants des corons d’Atticourt, ceux qui descendaient au fond de la mine et poussaient les wagonnets remplis de pépites de charbon… Vous vous souvenez de ces gentils enfants qui, avant de cracher leurs poumons pourris par la silicose, sont morts abandonnés, trahis, enfouis… Vous vous souvenez ? Non. Personne à Atticourt ne veut s’en souvenir. Car la mémoire est laide, quelquefois. « Une silhouette sombre lévitait au-dessus de François… Il ne parvenait toujours pas à distinguer la face de l’être flottant… Ce dernier, en revanche, le dévisageait avec une sorte de convoitise. La convoitise d’un prédateur. » Le style de Pascal Françaix est beau, sompteux même. Derrière lui se devine une sensibilité d’autant plus profonde qu’elle est voilée de pudeur. Une émotion venue du Nord et qui ne provient pas seulement du fantastique et de l’horreur, mais d’une chose énigmatique que l’on appelle tout simplement l’écriture. Jean Rollin.

Biographie de Pascal Françaix

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire