Votre compte

Laissez-moi


« Laissez-moi souffrir, laissez-moi guérir, laissez-moi seule. Ne croyez pas que m’offrir l’amitié pour remplacer l’amour puisse m’être un baume ; c’en sera peut-être un quand je n’aurai plus mal. Mais j’ai mal ; et, quand j’ai mal, je m’éloigne sans retourner la tête. Ne me demandez pas de vous regarder par-dessus l’épaule et ne m’accompagnez pas de loin. Laissez-moi. »

De retour au sanatorium, une jeune femme trouve la lettre de rupture de son amant. Elle écrit alors ces pages, véritable cri pur et sans concession, de ce qu’est pour elle l’amour absolu...
Encensé de toutes parts depuis sa première parution en 1933 sous le titre de Commentaire, ce texte a marqué son temps et frappe par sa modernité, son implacable lucidité et sa bouleversante analyse de la perte des illusions.

« Une écriture qui se confond avec la vie. » Christine Ferniot, Télérama.

« Premier livre écrit par une femme qui ne soit pas de soumission... Livre de tristesse noble ; livre de dignité ! Admirable ! » Clara Malraux.

« Une flamme très pure défiant la vie. » René Crevel.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
?

Version papier

5,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Laissez-moi”

Fiche technique

Résumé

« Laissez-moi souffrir, laissez-moi guérir, laissez-moi seule. Ne croyez pas que m’offrir l’amitié pour remplacer l’amour puisse m’être un baume ; c’en sera peut-être un quand je n’aurai plus mal. Mais j’ai mal ; et, quand j’ai mal, je m’éloigne sans retourner la tête. Ne me demandez pas de vous regarder par-dessus l’épaule et ne m’accompagnez pas de loin. Laissez-moi. »

De retour au sanatorium, une jeune femme trouve la lettre de rupture de son amant. Elle écrit alors ces pages, véritable cri pur et sans concession, de ce qu’est pour elle l’amour absolu...
Encensé de toutes parts depuis sa première parution en 1933 sous le titre de Commentaire, ce texte a marqué son temps et frappe par sa modernité, son implacable lucidité et sa bouleversante analyse de la perte des illusions.

« Une écriture qui se confond avec la vie. » Christine Ferniot, Télérama.

« Premier livre écrit par une femme qui ne soit pas de soumission... Livre de tristesse noble ; livre de dignité ! Admirable ! » Clara Malraux.

« Une flamme très pure défiant la vie. » René Crevel.

Biographie de Marcelle Sauvageot

Née en 1900 à Charleville dans les Ardennes, Marcelle Sauvageot meurt à 34 ans, emportée par la tuberculose, quelques semaines avant la parution de la deuxième édition de Laissez-moi. Professeur agrégé de littérature, proche des surréalistes sans jamais les rallier, elle fut l’auteur d’une oeuvre unique, dans tous les sens du terme.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire