Votre compte

Le Chat du Rabbin – tome 2 – Le Malka des Lions

Joann Sfar (illustrator)


Alger, une communauté juive du début du XXe siècle. Au centre de l'action, le chat du rabbin. Tordant, le chat : un squelette à oreilles, une dégaine de poubelle, un goût prononcé pour la discussion — c'est un chat parlant. En l'occurrence, il raconte à Zlabya, sa maîtresse adorée (et fille du rabbin), la vérité sur le Malka des Lions — un cousin qui doit arriver prochainement, tout auréolé et légende. On le dit capable de dompter un lion, même les yeux fermés. La vérité, c'est qu'il a pour ami un vieux lion poussif avec lequel il a monté un numéro : le lion effraie le monde, le Malka arrive et arrange tout. Ce qui lui attire gloire et récompenses variées. En attendant, le rabbin a un problème : le consistoire israélite de France exige de lui qu'il fasse une dictée. En effet, s'il veut être agréé rabbin officiel au lieu de " juste rabbin comme ça ", il doit écrire en français — pour faire la prière en hébreu à des Juifs qui parlent arabe, note le chat dans sa grande sagesse. Le chat est désolé : " Mon maître, qui aime tant les livres, est en train de louper sa dictée. " Ce qui le pousse, en désespoir de cause, à invoquer le nom de Dieu alors que c'est interdit. Résultat : il perd la parole, retrouve son statut de chat qui fait miaou, et le voilà incapable de donner son avis quand sa maîtresse adorée projette d'épouser un type qui ne lui plaît pas. Heureusement, pour notre plus grand plaisir, il continue de penser : " Il va te prendre ta fille et tu seras vieux et elle sera enceinte et elle sera vieille et elle aura des enfants qui seront vieux et tout le monde mourra. " C'est très triste, mais on note deux bonnes nouvelles : contre toute attente, le rabbin a réussi sa dictée — " le consistoire français il est très fier de vous " — et toute la smala reviendra bientôt dans l'Exode. Après La Bar-Mitsva, premier épisode encensé par la critique, Sfar nous donne encore une fois un chef-d'oeuvre d'intelligence, d'humour et de tendresse — trois vertus qui s'expriment autant dans les dialogues, captivants et savoureux, que dans le dessin, merveilleux de finesse et de drôlerie. La préface de cet album est signée Fellag.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Version papier

14,90 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Chat du Rabbin – tome 2 – Le Malka des Lions”

Fiche technique

  • Auteur : Joann Sfar
  • illustré par : Joann Sfar
  • Éditeur : Dargaud
  • Collection : Poisson Pilote
  • Date de parution : 27/02/17
  • EAN : 9782205186161
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 48
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

Alger, une communauté juive du début du XXe siècle. Au centre de l'action, le chat du rabbin. Tordant, le chat : un squelette à oreilles, une dégaine de poubelle, un goût prononcé pour la discussion — c'est un chat parlant. En l'occurrence, il raconte à Zlabya, sa maîtresse adorée (et fille du rabbin), la vérité sur le Malka des Lions — un cousin qui doit arriver prochainement, tout auréolé et légende. On le dit capable de dompter un lion, même les yeux fermés. La vérité, c'est qu'il a pour ami un vieux lion poussif avec lequel il a monté un numéro : le lion effraie le monde, le Malka arrive et arrange tout. Ce qui lui attire gloire et récompenses variées. En attendant, le rabbin a un problème : le consistoire israélite de France exige de lui qu'il fasse une dictée. En effet, s'il veut être agréé rabbin officiel au lieu de " juste rabbin comme ça ", il doit écrire en français — pour faire la prière en hébreu à des Juifs qui parlent arabe, note le chat dans sa grande sagesse. Le chat est désolé : " Mon maître, qui aime tant les livres, est en train de louper sa dictée. " Ce qui le pousse, en désespoir de cause, à invoquer le nom de Dieu alors que c'est interdit. Résultat : il perd la parole, retrouve son statut de chat qui fait miaou, et le voilà incapable de donner son avis quand sa maîtresse adorée projette d'épouser un type qui ne lui plaît pas. Heureusement, pour notre plus grand plaisir, il continue de penser : " Il va te prendre ta fille et tu seras vieux et elle sera enceinte et elle sera vieille et elle aura des enfants qui seront vieux et tout le monde mourra. " C'est très triste, mais on note deux bonnes nouvelles : contre toute attente, le rabbin a réussi sa dictée — " le consistoire français il est très fier de vous " — et toute la smala reviendra bientôt dans l'Exode. Après La Bar-Mitsva, premier épisode encensé par la critique, Sfar nous donne encore une fois un chef-d'oeuvre d'intelligence, d'humour et de tendresse — trois vertus qui s'expriment autant dans les dialogues, captivants et savoureux, que dans le dessin, merveilleux de finesse et de drôlerie. La préface de cet album est signée Fellag.

Biographie de Joann Sfar

Né à Nice le 28 août 1971, Joann Sfar est déjà reconnu dans la bande dessinée comme un auteur talentueux et prolifique, passant avec un égal bonheur du dessin au scénario. Après avoir suivi des cours de peinture, maîtrise de philo en poche, il s'inscrit aux Beaux-Arts de Paris où il fréquente le département de Morphologie. Il débute chez Cornélius ("Ossour Hyrsidoux") en 1994 et devient collaborateur de L'Association, où il paraît régulièrement au sommaire de la revue LAPIN. Par ailleurs, il signe sur un scénario de Pierre Dubois "Pétrus Barbygère", son premier album en couleurs chez Delcourt, en 1996. Chez le même éditeur, il se transforme parallèlement en scénariste pour José-Luis Munuera (la série des "Potamoks") et O. G. Boiscommun (celle des "Trolls", avec la collaboration de Jean-David Morvan pour les textes). Il entame en auteur complet "Les Dossiers du professeur Bell", la série "Petit vampire" et se partage équitablement avec Trondheim l'écriture et le dessin de la saga "Donjon", singulier mélange parfaitement organisé de graphismes différents. Cet amateur éclairé de Sherlock Holmes et d'Albert Cohen anime plusieurs séries et ne cesse de louvoyer entre le loufoque et le philosophique. Son emménagement dans l'Atelier des Vosges (place des Vosges à Paris) lui fait côtoyer des artistes aussi divers que Frédéric Boilet, Tronchet, Émile Bravo, Christophe Blain et Emmanuel Guibert. Dans la collection "Humour Libre", "La fille du professeur", illustrée par Emmanuel Guibert, a obtenu à Angoulême en 1998 l'Alph'Art Coup de Coeur, ainsi que le Prix René Goscinny, renouvelant avec bonheur l'ambiance victorienne ancienne. Toujours avec Emmanuel Guibert au dessin, il débute en 2001 la série "Les Olives noires" dans la collection "Repérages", récit bouleversant et moderne du parcours d'un jeune enfant juif en Judée à l'époque du Christ.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire