Votre compte

Le COVID-19 a-t-il tué la mondialisation?


Au-delà des systèmes de santé nationaux, le COVID-19 interroge les grands équilibresmondiaux, et souvent les modes de coopération qui les organisent. Politique étrangère parcourt les questions qui s’imposent à la réflexion post-crise.

L’OMS a-t-elle failli ? La phase de mondialisation libérale est-elle close ? Les États sont-ils condamnés à récupérer leurs souverainetés ? Comment le secteur financier « encaisse-t-il » la crise ? Et en quoi la crise elle-même est-elle particulière – d’ailleurs, qu’apprenons-nous des crises qui se succèdent ?

Dans un texte de référence, Clément Beaune – secrétaire d’État aux Affaires européennes – expose comment les responsables français voient dans le temps troublé de la crise la chance d’un nouveau départ vers une Union européenne remodelée : les décisions de crise pourraient préluder à une mutation politique essentielle.

Les concentrations urbaines ont été au premier chef victimes et acteurs de la crise. Au-delà, que dit la dynamique d’urbanisation du monde des grands équilibres démographiques ? L’urbanisation est-elle une fatalité ? Modifie-t-elle les équilibres politiques internationaux ? Les villes sont-elles le nouvel espace des guerres ? Et les contrôles technologiques qui s’y imposent annoncent-ils notre avenir : de la smart city à la smart society ?

Enfin, à la veille de la présidentielle américaine, peut-on imaginer que les rapports euro-américains de sécurité évoluent, pour aller vers une Alliance atlantique rééquilibrée ? Et qu’Israël s’affranchisse enfin de la profonde crise de son système politique ?

Ce livre est classé dans les catégories :

17,99 €
?

Version papier

23,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le COVID-19 a-t-il tué la mondialisation?”

Fiche technique

Résumé

Au-delà des systèmes de santé nationaux, le COVID-19 interroge les grands équilibresmondiaux, et souvent les modes de coopération qui les organisent. Politique étrangère parcourt les questions qui s’imposent à la réflexion post-crise.

L’OMS a-t-elle failli ? La phase de mondialisation libérale est-elle close ? Les États sont-ils condamnés à récupérer leurs souverainetés ? Comment le secteur financier « encaisse-t-il » la crise ? Et en quoi la crise elle-même est-elle particulière – d’ailleurs, qu’apprenons-nous des crises qui se succèdent ?

Dans un texte de référence, Clément Beaune – secrétaire d’État aux Affaires européennes – expose comment les responsables français voient dans le temps troublé de la crise la chance d’un nouveau départ vers une Union européenne remodelée : les décisions de crise pourraient préluder à une mutation politique essentielle.

Les concentrations urbaines ont été au premier chef victimes et acteurs de la crise. Au-delà, que dit la dynamique d’urbanisation du monde des grands équilibres démographiques ? L’urbanisation est-elle une fatalité ? Modifie-t-elle les équilibres politiques internationaux ? Les villes sont-elles le nouvel espace des guerres ? Et les contrôles technologiques qui s’y imposent annoncent-ils notre avenir : de la smart city à la smart society ?

Enfin, à la veille de la présidentielle américaine, peut-on imaginer que les rapports euro-américains de sécurité évoluent, pour aller vers une Alliance atlantique rééquilibrée ? Et qu’Israël s’affranchisse enfin de la profonde crise de son système politique ?

Biographie de Clément Beaune

Ministre plénipotentiaire, chercheur à l'Ifri, professeur à Sciences Po.

Norbert Gaillard est docteur en économie. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l'université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l'International Finance Corporation (IFC) et pour l'État de Sonora. Il est actuellement consultant pour la Banque mondiale.

Elie Cohen est directeur de recherche au CNRS et à la Fondation nationale des sciences politiques. Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris et membre du Conseil d'analyse économique, il est considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs économistes français. Il est l'auteur de plusieurs essais, notamment La Tentation hexagonale (1996), L'Ordre économique mondial (2001), Le Nouvel âge du capitalisme (2005), Penser la crise (2010) et Le décrochage industriel (2014), parus aux éditions Fayard. Photo : © John Foley/Opale

Arnaud Odier est né en 1976. Bossuet, la voix du Grand Siècle est son premier livre.

Docteur en droit, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Institut de criminologie de Paris, Commissaire divisionnaire de la police nationale française, Jean-François Gayraud est l’auteur de plusieurs ouvrages de criminologie et de géopolitique.

Le recteur Gérard-François Dumont est professeur à l’Université de Paris IVSorbonne, directeur de la revue Population & Avenir.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire