Votre compte

Le devenir-juif du poème


La poésie de Celan engage un mode de lecture et d’interprétation que Jacques Derrida nomme Schibboleth. Plutôt que dévoiler le sens du poème, Derrida excave le texte jusqu’à toucher les vestiges d’un passé qui ne passe pas, faisant resurgir ce que le poète appelle un Singbarer Rest. Le poème enclenche alors un double envoi : une folie de la langue renonçant à ce qui lui appartient en propre pour donner la parole à un Autre, l’Étranger, le Juif en Celan comme le Juif en tout homme. Comment s’orienter dans cette folie qui tente de surseoir à une bénédiction sans locuteur ? À l’encontre du mal herméneutique qui consiste à élucider le poème, à rechercher le point de rassemblement de l’éclaircie sémantique, la « contre-parole » de Celan porte la trace indélébile d’Auschwitz, de l’Holocauste, de la Shoah, trois mots déclinant l’obscurité du monde et la survie de l’humain. Le devenir-juif du poème doit désormais parcourir tant et tant de chemins sans destin pour témoigner, même endeuillé, de la mémoire des noms et des dates.

Ce livre est classé dans les catégories :

3,99 €
?

Version papier

7,00 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le devenir-juif du poème”

Fiche technique

Résumé

La poésie de Celan engage un mode de lecture et d’interprétation que Jacques Derrida nomme Schibboleth. Plutôt que dévoiler le sens du poème, Derrida excave le texte jusqu’à toucher les vestiges d’un passé qui ne passe pas, faisant resurgir ce que le poète appelle un Singbarer Rest. Le poème enclenche alors un double envoi : une folie de la langue renonçant à ce qui lui appartient en propre pour donner la parole à un Autre, l’Étranger, le Juif en Celan comme le Juif en tout homme. Comment s’orienter dans cette folie qui tente de surseoir à une bénédiction sans locuteur ? À l’encontre du mal herméneutique qui consiste à élucider le poème, à rechercher le point de rassemblement de l’éclaircie sémantique, la « contre-parole » de Celan porte la trace indélébile d’Auschwitz, de l’Holocauste, de la Shoah, trois mots déclinant l’obscurité du monde et la survie de l’humain. Le devenir-juif du poème doit désormais parcourir tant et tant de chemins sans destin pour témoigner, même endeuillé, de la mémoire des noms et des dates.

Biographie de Danielle Cohen-Levinas

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire