Votre compte

Le fantôme de la place Rouge : essais sur le stalinisme


Grand connaisseur de l’URSS et des pays baltes, diplomate, journaliste, Jean Cathala, qui vient de disparaître, ajoute avec Le Fantôme de la place Rouge un chapitre d’une étonnante actualité à son exploration du monde stalinien, à travers ses mémoires, « Sans fleur ni fusil », parus il y a dix ans. Le témoin “privilégié” laisse la place à l’analyste implacable dans une parfaite continuité. Pour avoir vécu pendant plus de trente ans en URSS et avoir été victime du goulag, Jean Cathala nous montre la réalité historique de l’intérieur : le stalinisme, dit-il, ne se réduit pas aux crimes de Staline, calculateur monstrueusement lucide, mais il est d’abord un système de gouvernement qui repose sur une sorte d’État-Dieu où tous les pouvoirs se confondent sous l’égide d’un parti unique. Il met en œuvre une machine à décerveler, d’une perfection sans exemple, et se caractérise par un impérialisme tentaculaire. Jean Cathala fait comprendre comment le système de Staline s’est perpétué à travers ses successeurs. La prétendue déstalinisation krouchtchevienne s’est bien gardée d’y toucher. La stagnation de l’ère Brejnev s’explique par une véritable restauration du stalinisme. Et Gorbatchev, le premier à avoir réellement essayé de réparer la machine, s’est heurté à la survie du stalinisme dans les institutions, les mœurs et les cerveaux. La victoire sur les putschistes d’août 1991 n’est pas une révolte de réformateurs, mais une révolution qui s’attaque à l’État stalinien dans ses fondements et à l’essence même du communisme, qui sont inséparables. Et ce n’est pas un espoir démesuré, estimait Jean Cathala quelques jours avant sa mort, de prédire que le fantôme de la place Rouge est enfin exorcisé...

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Version papier

9,68 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le fantôme de la place Rouge : essais sur le stalinisme”

Fiche technique

Résumé

Grand connaisseur de l’URSS et des pays baltes, diplomate, journaliste, Jean Cathala, qui vient de disparaître, ajoute avec Le Fantôme de la place Rouge un chapitre d’une étonnante actualité à son exploration du monde stalinien, à travers ses mémoires, « Sans fleur ni fusil », parus il y a dix ans. Le témoin “privilégié” laisse la place à l’analyste implacable dans une parfaite continuité. Pour avoir vécu pendant plus de trente ans en URSS et avoir été victime du goulag, Jean Cathala nous montre la réalité historique de l’intérieur : le stalinisme, dit-il, ne se réduit pas aux crimes de Staline, calculateur monstrueusement lucide, mais il est d’abord un système de gouvernement qui repose sur une sorte d’État-Dieu où tous les pouvoirs se confondent sous l’égide d’un parti unique. Il met en œuvre une machine à décerveler, d’une perfection sans exemple, et se caractérise par un impérialisme tentaculaire. Jean Cathala fait comprendre comment le système de Staline s’est perpétué à travers ses successeurs. La prétendue déstalinisation krouchtchevienne s’est bien gardée d’y toucher. La stagnation de l’ère Brejnev s’explique par une véritable restauration du stalinisme. Et Gorbatchev, le premier à avoir réellement essayé de réparer la machine, s’est heurté à la survie du stalinisme dans les institutions, les mœurs et les cerveaux. La victoire sur les putschistes d’août 1991 n’est pas une révolte de réformateurs, mais une révolution qui s’attaque à l’État stalinien dans ses fondements et à l’essence même du communisme, qui sont inséparables. Et ce n’est pas un espoir démesuré, estimait Jean Cathala quelques jours avant sa mort, de prédire que le fantôme de la place Rouge est enfin exorcisé...

Biographie de Jean Cathala

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire