Votre compte

Le gouvernement du monde


Prendre l’avion, envoyer un e-mail : la mondialisation s’inscrit dans nos gestes les plus quotidiens. Pourtant, nous l’envisageons souvent comme une menace qui pèserait sur notre identité, voire notre survie. Dans cet essai incisif, Jean-François Bayart propose une vision radicalement nouvelle de ce phénomène, à rebours des discours néo-libéraux ou altermondialistes : la mondialisation est notre œuvre et l’Etat-nation en est, en réalité, le produit et non la victime.

La globalisation est nôtre car c’est par elle que nous façonnons notre éthique et notre corps, que nous soumettons et que nous sommes subordonnés. Loin d’être synonyme, en tout temps et en tous lieux, d’aliénation culturelle et de délitement social, la mondialisation engendre des solidarités et des réseaux transnationaux qui s’articulent aux Etats-nations sans nécessairement les ébranler. Elle voit l’émergence de nouveaux sujets moraux, de préoccupations éthiques inédites, de styles de vie neufs.

La globalisation est aussi affaire de pouvoir, d’accumulation, donc d’inégalités et de violences. Contradictoire, elle intègre le marché international des capitaux et des biens, mais cloisonne, par la coercition, celui de la main-d’œuvre ; elle célèbre la vitesse, exacerbe le sentiment d’urgence, mais se caractérise par la contrainte de l’attente, le report permanent des solutions et le stockage des populations.

Embrassant deux siècles d’histoire, comparant les sociétés les plus diverses, analysant des pratiques sociales concrètes, Jean-François Bayart montre que, si la mondialisation est nôtre, son devenir, notre histoire, donc, se décideront sur ces seuils tragiques où s’inventent de nouvelles manières de vivre, de consommer et de lutter. Ce faisant, il renouvelle la sociologie politique et la théorie tant du pouvoir que des relations internationales.

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Version papier

28,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le gouvernement du monde”

Fiche technique

  • Auteur : Jean-François Bayart
  • Éditeur : Fayard
  • Collection : Essais
  • Date de parution : 21/04/04
  • EAN : 9782213658261
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 454
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Prendre l’avion, envoyer un e-mail : la mondialisation s’inscrit dans nos gestes les plus quotidiens. Pourtant, nous l’envisageons souvent comme une menace qui pèserait sur notre identité, voire notre survie. Dans cet essai incisif, Jean-François Bayart propose une vision radicalement nouvelle de ce phénomène, à rebours des discours néo-libéraux ou altermondialistes : la mondialisation est notre œuvre et l’Etat-nation en est, en réalité, le produit et non la victime.

La globalisation est nôtre car c’est par elle que nous façonnons notre éthique et notre corps, que nous soumettons et que nous sommes subordonnés. Loin d’être synonyme, en tout temps et en tous lieux, d’aliénation culturelle et de délitement social, la mondialisation engendre des solidarités et des réseaux transnationaux qui s’articulent aux Etats-nations sans nécessairement les ébranler. Elle voit l’émergence de nouveaux sujets moraux, de préoccupations éthiques inédites, de styles de vie neufs.

La globalisation est aussi affaire de pouvoir, d’accumulation, donc d’inégalités et de violences. Contradictoire, elle intègre le marché international des capitaux et des biens, mais cloisonne, par la coercition, celui de la main-d’œuvre ; elle célèbre la vitesse, exacerbe le sentiment d’urgence, mais se caractérise par la contrainte de l’attente, le report permanent des solutions et le stockage des populations.

Embrassant deux siècles d’histoire, comparant les sociétés les plus diverses, analysant des pratiques sociales concrètes, Jean-François Bayart montre que, si la mondialisation est nôtre, son devenir, notre histoire, donc, se décideront sur ces seuils tragiques où s’inventent de nouvelles manières de vivre, de consommer et de lutter. Ce faisant, il renouvelle la sociologie politique et la théorie tant du pouvoir que des relations internationales.

Biographie de Jean-François Bayart

Directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du Centre d'études et de recherches internationales de Sciences-Po, professeur invité à l'université de Turin, Jean-François Bayart est un spécialiste de politique comparée. Il est l'auteur de plusieurs essais, dont L'Illusion identitaire ( Fayard, 1996) et Le Gouvernement du monde (2004).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire