Votre compte

Le Grand Rôle


Rudolph Grichenberg, le plus célèbre réalisateur américain, s'est lancé dans un projet fou : tourner Le Marchand de Venise de Shakespeare en yiddish. Il vient en France pour trouver son Shylock...
"[...] Aucun doute possible là-dessus ! Shylock est à l'évidence séfarade. Shylock devrait parler le ladino ! affirma Rebbot.
- Shylock séfarade ? Shylock séfarade ? Si Shakespeare avait voulu qu'il soit séfarade, il était assez grand pour le préciser ! Et s'il ne l'a pas précisé c'est que Shylock est ashkénaze, donc c'est tout à fait naturel qu'il parle yiddish !
Lax se lança alors dans une explication étymologique parfaitement plausible d'où il ressortait que Shylock signifiait, traduit de l'anglais : shy, timide, lock, boucle de cheveux, et qui dit "boucle de cheveux" dit païesses, donc : "Timides païesses".
"Timidespaïesses" ou "Païessestimides", comme on veut.
- Et pourquoi timides ? demanda Rebbot.
- C'est l'époque qui veut ça. Logique. Un juif ne peut être que timide, ne peut porter ses païesses que timidement, on pourrait dire presque discrètement ! conclut Lax.
- Et pourquoi ne l'a t-il pas appelé "Shypaïesses" ? ricana Rebbot.
- Ou en yiddish alors, chémen (timide) donc "Chémenpaïesses" ? dit Lax.
- Mais "Chémenpaïesses", ça ne veut rien dire en yiddish ! dit Weissbrot.
- Mais si ! Ca veut dire Shylock !".

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Grand Rôle”

Fiche technique

Résumé

Rudolph Grichenberg, le plus célèbre réalisateur américain, s'est lancé dans un projet fou : tourner Le Marchand de Venise de Shakespeare en yiddish. Il vient en France pour trouver son Shylock...
"[...] Aucun doute possible là-dessus ! Shylock est à l'évidence séfarade. Shylock devrait parler le ladino ! affirma Rebbot.
- Shylock séfarade ? Shylock séfarade ? Si Shakespeare avait voulu qu'il soit séfarade, il était assez grand pour le préciser ! Et s'il ne l'a pas précisé c'est que Shylock est ashkénaze, donc c'est tout à fait naturel qu'il parle yiddish !
Lax se lança alors dans une explication étymologique parfaitement plausible d'où il ressortait que Shylock signifiait, traduit de l'anglais : shy, timide, lock, boucle de cheveux, et qui dit "boucle de cheveux" dit païesses, donc : "Timides païesses".
"Timidespaïesses" ou "Païessestimides", comme on veut.
- Et pourquoi timides ? demanda Rebbot.
- C'est l'époque qui veut ça. Logique. Un juif ne peut être que timide, ne peut porter ses païesses que timidement, on pourrait dire presque discrètement ! conclut Lax.
- Et pourquoi ne l'a t-il pas appelé "Shypaïesses" ? ricana Rebbot.
- Ou en yiddish alors, chémen (timide) donc "Chémenpaïesses" ? dit Lax.
- Mais "Chémenpaïesses", ça ne veut rien dire en yiddish ! dit Weissbrot.
- Mais si ! Ca veut dire Shylock !".

Biographie de Daniel Goldenberg

Daniel Goldenberg, l’auteur de Papa poule (1980), a publié de nombreux romans aux éditions Calmann-Lévy : Le Triporteur de Belleville (1986) et Le Zaïdé (1988), tous deux adaptés pour la télévision, Le Grand Rôle (1999) pour le cinéma, et John Lemsky (2002). Il a écrit également deux documents : Pivert, histoire d’un résistant ordinaire, avec Raymond Kojitsky (1991) et Évadé du Vel’d’Hiv, avec Gabriel Wachman (2006).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire