Votre compte

Le Languedoc aux temps des diligences : la vie des gens d'ici racontée par la photographie au début du siècle


Que reste-t-il du passé ? Quelques souvenirs - idéalisés - ; des tonnes de documents ; des mers d’archives ; des colonnes de chiffres. Des mots, des signes ou du vent insaisissable. Des historiens font bien ressurgir Hier à coups de témoignages et de commentaires mais qui peut restituer les visages, les gestes, le véridique, la « chair d’hier » ? Grâce à Niepce, Daguerre, Eastman et quelques autres, la photographie est devenue la grande servante de la réalité. À la fin du XIXe, dans le premier quart du XXe, il y a dans chaque photographie de ville ou de village un Rouletabille qui sommeille, un Eugène Atget prêt à saisir le cocasse, le pittoresque, l’important, le superflu, le grave, le tragique, le souriant de son quotidien. Le Languedoc, celui du littoral, celui de la plaine, celui de la ville, celui de la montagne n’a pas échappé à la boulimie de la photographie-document. Aussi, à travers l’album de famille de la haute bourgeoisie et les mille yeux des cartes postales de l’époque, c’est un peu le temps retrouvé qui remonte à la surface et vient se fixer sur notre sensibilité.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Version papier

22,86 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Languedoc aux temps des diligences : la vie des gens d'ici racontée par la photographie au début du siècle”

Fiche technique

Résumé

Que reste-t-il du passé ? Quelques souvenirs - idéalisés - ; des tonnes de documents ; des mers d’archives ; des colonnes de chiffres. Des mots, des signes ou du vent insaisissable. Des historiens font bien ressurgir Hier à coups de témoignages et de commentaires mais qui peut restituer les visages, les gestes, le véridique, la « chair d’hier » ? Grâce à Niepce, Daguerre, Eastman et quelques autres, la photographie est devenue la grande servante de la réalité. À la fin du XIXe, dans le premier quart du XXe, il y a dans chaque photographie de ville ou de village un Rouletabille qui sommeille, un Eugène Atget prêt à saisir le cocasse, le pittoresque, l’important, le superflu, le grave, le tragique, le souriant de son quotidien. Le Languedoc, celui du littoral, celui de la plaine, celui de la ville, celui de la montagne n’a pas échappé à la boulimie de la photographie-document. Aussi, à travers l’album de famille de la haute bourgeoisie et les mille yeux des cartes postales de l’époque, c’est un peu le temps retrouvé qui remonte à la surface et vient se fixer sur notre sensibilité.

Biographie de Jacques Durand

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire