Votre compte

Le nihilisme chrétien


Un étrange mythe hante l'Occident chrétien : le christianisme aurait redonné un peu de consistance au monde, un "Dieu de chair" comme dit Tertullien, aurait conféré au monde un supplément de réalité. La vérité semble en réalité aux antipodes : loin d'offrir une âme au monde, les chrétiens l'en ont privé et se sont appliqués à le déréaliser.

Dans cette optique, l'Eglise apparaît en sentinelle du néant toujours en avance d'un nihilisme, nihiliste active quand on la croit passive, nihiliste postmoderne quand on la croit archaïque, nihiliste négative quand on l'imagine mystique et même nihiliste jusque dans ses décisions ex cathedra. Comme la profondeur qui se cache à la surface de l'aphorisme, le nihilisme foncier du christianisme se cache à la surface du dogme.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

13,50 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le nihilisme chrétien”

Fiche technique

Résumé

Un étrange mythe hante l'Occident chrétien : le christianisme aurait redonné un peu de consistance au monde, un "Dieu de chair" comme dit Tertullien, aurait conféré au monde un supplément de réalité. La vérité semble en réalité aux antipodes : loin d'offrir une âme au monde, les chrétiens l'en ont privé et se sont appliqués à le déréaliser.

Dans cette optique, l'Eglise apparaît en sentinelle du néant toujours en avance d'un nihilisme, nihiliste active quand on la croit passive, nihiliste postmoderne quand on la croit archaïque, nihiliste négative quand on l'imagine mystique et même nihiliste jusque dans ses décisions ex cathedra. Comme la profondeur qui se cache à la surface de l'aphorisme, le nihilisme foncier du christianisme se cache à la surface du dogme.

Biographie de Pierre-Emmanuel Dauzat

Un étrange mythe hante l'Occident chrétien : le christianisme aurait redonné un peu de consistance au monde, un "Dieu de chair" comme dit Tertullien, aurait conféré au monde un supplément de réalité. La vérité semble en réalité aux antipodes : loin d'offrir une âme au monde, les chrétiens l'en ont privé et se sont appliqués à le déréaliser.

Dans cette optique, l'Eglise apparaît en sentinelle du néant toujours en avance d'un nihilisme, nihiliste active quand on la croit passive, nihiliste postmoderne quand on la croit archaïque, nihiliste négative quand on l'imagine mystique et même nihiliste jusque dans ses décisions ex cathedra. Comme la profondeur qui se cache à la surface de l'aphorisme, le nihilisme foncier du christianisme se cache à la surface du dogme.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire