Votre compte

Le Roi René


Etonnant personnage que ce René d’Anjou, et étonnant destin. Prince des fleurs de lis puisqu’il descend de Jean le Bon, il paraît devoir jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier européen. Des héritages le font duc d’Anjou et comte de Provence, duc de Bar, mais aussi roi de Jérusalem et de Sicile, ce qui veut dire roi de Naples. Son mariage le fait duc de Lorraine. Il se verra roi d’Aragon, voire de Hongrie. Et il est le beau-frère de Charles VII, l’oncle de Louis XI. Il se montre courageux à la guerre. C’est un chevalier. Mais la chance n’est pas pour lui. Il ne lui restera que l’Anjou et la Provence.
C’est là qu’il trouve le bonheur, entre Angers et Saumur, entre Aix et Tarascon. Un bonheur simple fait des demeures qu’il construit et qu’il aménage, des promenades en des jardins fleuris et peuplés de biches et de paons, des ménageries où l’on admire ses lions et ses léopards, des parties de bateau et de pêche en
rivière. Il se soucie de tout dans le détail, de la rédaction de la coutume comme de la qualité de son bétail, de l’entretien des
forêts comme de la plantation des vignes, du décor des chambres comme de l’adduction d’eau courante. Attentif aux besoins des plus humbles, il laissera le souvenir du « bon roi René ».
Il aime la fête, la musique, les parures somptueuses. Des tournois qu’il organise, il fait un livre à la gloire de la chevalerie. S’entourant d’artistes parmi les plus grands, il inspire les peintres et les enlumineurs comme les brodeurs et les orfèvres. Il passe commande, il achète, il offre. Poète de talent, il compose un Livre du Cœur d’Amour épris dans la tradition de l’amour courtois, mais où la quête de la Dame se déroule en un roman d’aventures riche de portraits vigoureux et d’épisodes pittoresques.

Chartiste et universitaire, professeur à la Sorbonne, directeur général des Archives de France, président de la Bibliothèque nationale de France, membre de l’Institut, Jean Favier a mené de front une vie d’historien et une carrière d’administrateur. S’ajoutant à ses travaux d’érudition, nombre d’ouvrages, de Philippe le Bel et de Paris, deux mille ans d’histoire à Louis XI et aux Papes d’Avignon, souvent couronnés des prix les plus prestigieux, l’ont fait connaître d’un très large public.

Ce livre est classé dans les catégories :

27,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Roi René”

Fiche technique

Résumé

Etonnant personnage que ce René d’Anjou, et étonnant destin. Prince des fleurs de lis puisqu’il descend de Jean le Bon, il paraît devoir jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier européen. Des héritages le font duc d’Anjou et comte de Provence, duc de Bar, mais aussi roi de Jérusalem et de Sicile, ce qui veut dire roi de Naples. Son mariage le fait duc de Lorraine. Il se verra roi d’Aragon, voire de Hongrie. Et il est le beau-frère de Charles VII, l’oncle de Louis XI. Il se montre courageux à la guerre. C’est un chevalier. Mais la chance n’est pas pour lui. Il ne lui restera que l’Anjou et la Provence.
C’est là qu’il trouve le bonheur, entre Angers et Saumur, entre Aix et Tarascon. Un bonheur simple fait des demeures qu’il construit et qu’il aménage, des promenades en des jardins fleuris et peuplés de biches et de paons, des ménageries où l’on admire ses lions et ses léopards, des parties de bateau et de pêche en
rivière. Il se soucie de tout dans le détail, de la rédaction de la coutume comme de la qualité de son bétail, de l’entretien des
forêts comme de la plantation des vignes, du décor des chambres comme de l’adduction d’eau courante. Attentif aux besoins des plus humbles, il laissera le souvenir du « bon roi René ».
Il aime la fête, la musique, les parures somptueuses. Des tournois qu’il organise, il fait un livre à la gloire de la chevalerie. S’entourant d’artistes parmi les plus grands, il inspire les peintres et les enlumineurs comme les brodeurs et les orfèvres. Il passe commande, il achète, il offre. Poète de talent, il compose un Livre du Cœur d’Amour épris dans la tradition de l’amour courtois, mais où la quête de la Dame se déroule en un roman d’aventures riche de portraits vigoureux et d’épisodes pittoresques.

Chartiste et universitaire, professeur à la Sorbonne, directeur général des Archives de France, président de la Bibliothèque nationale de France, membre de l’Institut, Jean Favier a mené de front une vie d’historien et une carrière d’administrateur. S’ajoutant à ses travaux d’érudition, nombre d’ouvrages, de Philippe le Bel et de Paris, deux mille ans d’histoire à Louis XI et aux Papes d’Avignon, souvent couronnés des prix les plus prestigieux, l’ont fait connaître d’un très large public.

Biographie de Jean Favier

Jean Favier est né en 1932. Élève de l'École des chartes, archiviste paléographe en 1956, il obtient l'agrégation d'histoire et devient membre de l'École française de Rome. Il est directeur d'études à l'École pratique des hautes études (1965-1997) et professeur à la Sorbonne (1969-1997). Parallèlement, Jean Favier est successivement directeur général des Archives de France, directeur des Archives nationales, puis président de la Bibliothèque nationale de France. Il est membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, depuis 1985, et président de la Commission française pour l'UNESCO. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Paris : Deux mille ans d'Histoire (Fayard, 1997), Louis XI (Fayard, 2001), Les Plantagenêts : Origines et destin d'un empire : XIe-XIVe siècles (Fayard, 2004), Un Roi de marbre : Philippe le Bel ; Enguerran de Marigny (Fayard, 2005) et Les Papes d'Avignon (Fayard, 2006).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire