Votre compte

Le Rouge et le Noir


Telle est l’ironie de la littérature : Stendhal qui voulait écrire pour ses « happy few » se retrouve bien malgré lui le symbole d’une culture classique et rebattue, lui que tout lycéen de bonne naissance se doit d’avoir lu. Et pourtant quelle subversion ne se cache-t-il pas dans ses romans - notamment Le Rouge et le Noir!Un fils du peuple, Julien Sorel, que le destin vouait aux champs, se fait anoblir et mettre à mort. Entre-temps : adultère, mensonges, ambition, infidélité, tentative d’assassinat... De quoi donner à penser sur la société de la Restauration...

En fait, si les bâtisseurs de programmes de l’Education Nationale y prêtaient attention, ils interdiraient aux enfants la lecture du Rouge et le Noir. Trop dangereux pour une nation. Explication.

D’abord, la dénonciation brutale des nantis. Que ce soit le maire de Verrières, M. de Rênal, ou le ministre du Roi, le Marquis de la Mole, l’image des puissants croquée par Stendhal n’est guère séduisante : faibles, naïfs ou bien arrogants et calculateurs, ils font très fin de race. Impuissants à tout acte de force, contrairement à Julien, qui, lui, est emporté dans un tourbillon de passions et de violences, d’intelligence et de volonté. En somme des valeurs aristocratiques. Bref, le monde à l’envers. Mais le monde tel qu’il est. Pour le collégien, c’est lui enseigner à mépriser son professeur...

Le Rouge et le Noir, c’est également, l’athéisme à l’état pur. Nietzsche ne s’y trompera pas, lorsqu’il dira dans Ecce Homo : « Peut-être suis-je même jaloux de Stendhal. Il m'a volé le meilleur mot que mon athéisme eût pu trouver« La seule excuse de Dieu c'est de ne pas exister.» » En effet, Julien se sert au sens propre de l’Eglise pour arriver. Son idole est Napoléon et non le Christ, symbole d’une philosophie de l’agonie, du pardon, de l’égalité. Sorel lui ne rêve que d’empire. Sur soi, les autres, le monde. En un sens, il est un peu à sa manière une esquisse du Surhomme que pensera le philosophe quelques décennies après. Encore une fois, rien de très séant à notre jeunesse.

Enfin, et c’est là le génie de Stendhal, Le Rouge et le Noir renvoie dos à dos l’héritage révolutionnaire et le marasme monarchique. La Révolution qui ne peut mener qu’à un monde fait d’illusions, où l’humain prend son désir pour de la réalité, jusqu’à la folie. La Monarchie qui a perdu tout désir d’être, et qui n’est plus que dans le paraître des salons mondains.

En ce début de XXIe siècle, les individus se cherchent toujours, incapables, comme Julien Sorel, de devenir ce qu’ils sont. Si l’Ecole ne l’enseigne pas, laissons Stendhal nous l’apprendre.

La présente édition est la reproduction de celle de novembre 1830 chez les éditions Levasseur.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,99 €
?

Version papier

7,30 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Rouge et le Noir”

Fiche technique

  • Auteur : Stendhal
  • Éditeur : Kinoscript
  • Collection : 3raisons
  • Date de parution : 09/08/12
  • EAN : 9782367530024
  • Format : Multi-format
  • Protection : NC

Résumé

Telle est l’ironie de la littérature : Stendhal qui voulait écrire pour ses « happy few » se retrouve bien malgré lui le symbole d’une culture classique et rebattue, lui que tout lycéen de bonne naissance se doit d’avoir lu. Et pourtant quelle subversion ne se cache-t-il pas dans ses romans - notamment Le Rouge et le Noir!Un fils du peuple, Julien Sorel, que le destin vouait aux champs, se fait anoblir et mettre à mort. Entre-temps : adultère, mensonges, ambition, infidélité, tentative d’assassinat... De quoi donner à penser sur la société de la Restauration...

En fait, si les bâtisseurs de programmes de l’Education Nationale y prêtaient attention, ils interdiraient aux enfants la lecture du Rouge et le Noir. Trop dangereux pour une nation. Explication.

D’abord, la dénonciation brutale des nantis. Que ce soit le maire de Verrières, M. de Rênal, ou le ministre du Roi, le Marquis de la Mole, l’image des puissants croquée par Stendhal n’est guère séduisante : faibles, naïfs ou bien arrogants et calculateurs, ils font très fin de race. Impuissants à tout acte de force, contrairement à Julien, qui, lui, est emporté dans un tourbillon de passions et de violences, d’intelligence et de volonté. En somme des valeurs aristocratiques. Bref, le monde à l’envers. Mais le monde tel qu’il est. Pour le collégien, c’est lui enseigner à mépriser son professeur...

Le Rouge et le Noir, c’est également, l’athéisme à l’état pur. Nietzsche ne s’y trompera pas, lorsqu’il dira dans Ecce Homo : « Peut-être suis-je même jaloux de Stendhal. Il m'a volé le meilleur mot que mon athéisme eût pu trouver« La seule excuse de Dieu c'est de ne pas exister.» » En effet, Julien se sert au sens propre de l’Eglise pour arriver. Son idole est Napoléon et non le Christ, symbole d’une philosophie de l’agonie, du pardon, de l’égalité. Sorel lui ne rêve que d’empire. Sur soi, les autres, le monde. En un sens, il est un peu à sa manière une esquisse du Surhomme que pensera le philosophe quelques décennies après. Encore une fois, rien de très séant à notre jeunesse.

Enfin, et c’est là le génie de Stendhal, Le Rouge et le Noir renvoie dos à dos l’héritage révolutionnaire et le marasme monarchique. La Révolution qui ne peut mener qu’à un monde fait d’illusions, où l’humain prend son désir pour de la réalité, jusqu’à la folie. La Monarchie qui a perdu tout désir d’être, et qui n’est plus que dans le paraître des salons mondains.

En ce début de XXIe siècle, les individus se cherchent toujours, incapables, comme Julien Sorel, de devenir ce qu’ils sont. Si l’Ecole ne l’enseigne pas, laissons Stendhal nous l’apprendre.

La présente édition est la reproduction de celle de novembre 1830 chez les éditions Levasseur.

Biographie de Stendhal

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire