Votre compte

Le speronare


Alexandre Dumas (182-1870)

"Le soir même de notre arrivée à Naples, nous courûmes sur le port, Jadin et moi, pour nous informer si par hasard quelque bâtiment, soit à vapeur, soit à voiles, ne partait pas le lendemain pour la Sicile. Comme il n’est pas dans les habitudes ordinaires des voyageurs d’aller à Naples pour y rester quelques heures seulement, disons un mot des circonstances qui nous forçaient de hâter notre départ.

Nous étions partis de Paris dans l’intention de parcourir toute l’Italie, Sicile et Calabre comprises ; et mettant religieusement ce projet à exécution, nous avions déjà visité Nice, Gênes, Milan, Florence et Rome, lorsqu’après un séjour de trois semaines dans cette dernière ville, j’eus l’honneur de rencontrer chez monsieur le marquis de T..., chargé des affaires de France, monsieur le comte de Ludorf, ambassadeur de Naples. Comme je devais partir dans quelques jours pour cette ville, le marquis de T... jugea convenable de me présenter à son honorable confrère, afin de me faciliter d’avance les voies diplomatiques qui devaient m’ouvrir la barrière de Terracine. Monsieur de Ludorf me reçut avec ce sourire vide et froid qui n’engage à rien, ce qui n’empêcha point que deux jours après je ne me crusse dans l’obligation de lui porter mes passeports moi-même. Monsieur de Ludorf eut la bonté de me dire de déposer nos passeports dans ses bureaux, et de repasser le surlendemain pour les reprendre. Comme nous n’étions pas autrement pressés, attendu que les mesures sanitaires en vigueur, à propos du choléra, prescrivaient une quarantaine de vingt-huit jours, et que nous avions par conséquent près d’une semaine devant nous, je pris congé de monsieur de Ludorf, me promettant bien de ne plus me laisser présenter à aucun ambassadeur que je n’eusse pris auparavant sur lui les renseignements les plus circonstanciés."

Récit de voyage en Sicile. Alexandre Dumas et le peintre Louis Jadin choisissent un speronare, - embarcation côtière - commandé par le capitaine Arena, pour atteindre la Sicile.

"Le speronare" est le premier volume de la trilogie des impressions de voyage en Italie d'Alexandre Dumas.

Ce livre est classé dans les catégories :

2,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le speronare”

Fiche technique

Résumé

Alexandre Dumas (182-1870)

"Le soir même de notre arrivée à Naples, nous courûmes sur le port, Jadin et moi, pour nous informer si par hasard quelque bâtiment, soit à vapeur, soit à voiles, ne partait pas le lendemain pour la Sicile. Comme il n’est pas dans les habitudes ordinaires des voyageurs d’aller à Naples pour y rester quelques heures seulement, disons un mot des circonstances qui nous forçaient de hâter notre départ.

Nous étions partis de Paris dans l’intention de parcourir toute l’Italie, Sicile et Calabre comprises ; et mettant religieusement ce projet à exécution, nous avions déjà visité Nice, Gênes, Milan, Florence et Rome, lorsqu’après un séjour de trois semaines dans cette dernière ville, j’eus l’honneur de rencontrer chez monsieur le marquis de T..., chargé des affaires de France, monsieur le comte de Ludorf, ambassadeur de Naples. Comme je devais partir dans quelques jours pour cette ville, le marquis de T... jugea convenable de me présenter à son honorable confrère, afin de me faciliter d’avance les voies diplomatiques qui devaient m’ouvrir la barrière de Terracine. Monsieur de Ludorf me reçut avec ce sourire vide et froid qui n’engage à rien, ce qui n’empêcha point que deux jours après je ne me crusse dans l’obligation de lui porter mes passeports moi-même. Monsieur de Ludorf eut la bonté de me dire de déposer nos passeports dans ses bureaux, et de repasser le surlendemain pour les reprendre. Comme nous n’étions pas autrement pressés, attendu que les mesures sanitaires en vigueur, à propos du choléra, prescrivaient une quarantaine de vingt-huit jours, et que nous avions par conséquent près d’une semaine devant nous, je pris congé de monsieur de Ludorf, me promettant bien de ne plus me laisser présenter à aucun ambassadeur que je n’eusse pris auparavant sur lui les renseignements les plus circonstanciés."

Récit de voyage en Sicile. Alexandre Dumas et le peintre Louis Jadin choisissent un speronare, - embarcation côtière - commandé par le capitaine Arena, pour atteindre la Sicile.

"Le speronare" est le premier volume de la trilogie des impressions de voyage en Italie d'Alexandre Dumas.

Biographie d’Alexandre Dumas

Né en 1802 à Villers-Cotterêts, fils d’un général mulâtre de Saint-Domingue, Alexandre Dumas s’installe à Paris en 1823. Pour ce pionnier du drame romantique (La Tour de Nesle, 1832), l’Histoire est une source d’inspiration inépuisable et la matière de feuilletons très populaires. Seul ou secondé d’Auguste Maquet, il livre de vastes fresques historiques et, de 1844 à 1847, publie coup sur coup Les Trois Mousquetaires, Vingt ans après, La Reine Margot et Le Vicomte de Bragelonne. Le succès du Comte de Monte-Cristo lui permet de faire bâtir près de Paris un château qu’il baptise du nom de son héros. Il meurt en 1870 près de Dieppe dans la résidence de son fils, l’auteur de La Dame aux camélias. Ses cendres seront transférées au Panthéon en 2002.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire