Votre compte

Les Boulingrin, Monsieur Badin, La peur des coups


« Les Boulingrin » est une pièce en un acte de représentée pour la première fois au Grand-Guignol le 7 Février 1898. Monsieur Des Rillettes est un charmant pique-assiettes qui aime bien venir diner chez les Boulingrin. « Monsieur Badin » est une pièce en un acte représentée pour la première au Grand-Guignol le 13 avril 1897. Le directeur de Monsieur Badin n’est pas content, car ce dernier s’absente souvent du bureau. On croit qu’il est malade ou qu’il a des problèmes de famille, mais on découvre qu’il passe son temps à la brasserie. “La peur des coups » est une petite pièce de théâtre écrite par Georges Courteline et représentée pour la première fois le 14 Décembre 1894. Jouée par deux acteurs, cette pièce comique décrit avec délice le dialogue qui amène le couple d’une civilité trompeuse au déchainement des coups de canne.

Ce livre est classé dans les catégories :

1,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Boulingrin, Monsieur Badin, La peur des coups”

Fiche technique

Résumé

« Les Boulingrin » est une pièce en un acte de représentée pour la première fois au Grand-Guignol le 7 Février 1898. Monsieur Des Rillettes est un charmant pique-assiettes qui aime bien venir diner chez les Boulingrin. « Monsieur Badin » est une pièce en un acte représentée pour la première au Grand-Guignol le 13 avril 1897. Le directeur de Monsieur Badin n’est pas content, car ce dernier s’absente souvent du bureau. On croit qu’il est malade ou qu’il a des problèmes de famille, mais on découvre qu’il passe son temps à la brasserie. “La peur des coups » est une petite pièce de théâtre écrite par Georges Courteline et représentée pour la première fois le 14 Décembre 1894. Jouée par deux acteurs, cette pièce comique décrit avec délice le dialogue qui amène le couple d’une civilité trompeuse au déchainement des coups de canne.

Biographie de Georges Courteline

Georges Courteline (1858-1829), observateur plein d'ironie, a souligné à travers ses récits (Le Train de 8h47) et ses comédies (Boubourouche, Messieurs les ronds-de-cuir, Le Commissaire est bon enfant) l'absurdité de la vie bourgeoise.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire