Votre compte

Les Chefs-d'œuvre de la littérature fantastique


Ce livre n'est ni l'histoire de la littérature fantastique qui nous manque encore, ni l'un de ces essais riches d'assurance et pauvres de savoir comme nous en avons trop, mais l'étude de quelques grandes œuvres. En matière de critique, les généralités sont viande creuse, et les études attentives fruits savoureux. Des œuvres, toujours étudiées dans le texte original, l'auteur a voulu dégager le sens littéral, qui lui paraît le plus important et le plus difficile à saisir. Une grande figure sombre domine la littérature fantastique : ce n'est pas la chair, mais la mort. S'il distingue de manière assez lâche un fantastique traditionnel, intérieur ou poétique, suivant que l'intérêt porte sur l'aventure, le héros ou l'atmosphère, l'auteur s'attache avant tout aux œuvres des maîtres : Gœthe, Coleridge, Hoffmann, Poe, Mérimée, Storm, Maupassant, Kipling, H. James, M.R. James, L.P. Hartley. Il a réservé une place de choix à Walter de La Mare, qui a porté le conte fantastique à la perfection.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Chefs-d'œuvre de la littérature fantastique”

Fiche technique

Résumé

Ce livre n'est ni l'histoire de la littérature fantastique qui nous manque encore, ni l'un de ces essais riches d'assurance et pauvres de savoir comme nous en avons trop, mais l'étude de quelques grandes œuvres. En matière de critique, les généralités sont viande creuse, et les études attentives fruits savoureux. Des œuvres, toujours étudiées dans le texte original, l'auteur a voulu dégager le sens littéral, qui lui paraît le plus important et le plus difficile à saisir. Une grande figure sombre domine la littérature fantastique : ce n'est pas la chair, mais la mort. S'il distingue de manière assez lâche un fantastique traditionnel, intérieur ou poétique, suivant que l'intérêt porte sur l'aventure, le héros ou l'atmosphère, l'auteur s'attache avant tout aux œuvres des maîtres : Gœthe, Coleridge, Hoffmann, Poe, Mérimée, Storm, Maupassant, Kipling, H. James, M.R. James, L.P. Hartley. Il a réservé une place de choix à Walter de La Mare, qui a porté le conte fantastique à la perfection.

Biographie de Louis Vax

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire