Votre compte

Les Cités obscures - L’Echo des Cités


Le titre de l’album, L’Echo des Cités, est aussi celui du journal dont il retrace l’histoire, depuis son numéro un « historique » daté d’avril 719 jusqu’à sa fin, en passant par les années fastes et celles qui le furent moins… Raconter le parcours de ce mensuel imaginaire (qui, comme bien des journaux du XIXe siècle dont il s’inspire, adosse son iconographie à l’illustration), c’est évidemment, pour François Schuiten et Benoît Peeters, une manière de parcourir en toute liberté le monde des Cités obscures, au gré des petits et grands événements relatés par le magazine. Place donc aux reportages, articles, enquêtes et indiscrétions de L’Echo des Cités, avec ses scoops, ses indignations, ses maladresses et ses nouvelles formules successives – sans oublier évidemment la fantaisie et l’ironie discrète dont Schuiten et Peeters parsèment cet album en forme de clin d’œil. Leur évocation s’achèvera, dernière pirouette, sur l’inéluctable disparition du journal, supplanté dans les goûts du public par une nouvelle génération de périodiques privilégiant… la photographie !

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Version papier

19,00 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Cités obscures - L’Echo des Cités”

Fiche technique

Résumé

Le titre de l’album, L’Echo des Cités, est aussi celui du journal dont il retrace l’histoire, depuis son numéro un « historique » daté d’avril 719 jusqu’à sa fin, en passant par les années fastes et celles qui le furent moins… Raconter le parcours de ce mensuel imaginaire (qui, comme bien des journaux du XIXe siècle dont il s’inspire, adosse son iconographie à l’illustration), c’est évidemment, pour François Schuiten et Benoît Peeters, une manière de parcourir en toute liberté le monde des Cités obscures, au gré des petits et grands événements relatés par le magazine. Place donc aux reportages, articles, enquêtes et indiscrétions de L’Echo des Cités, avec ses scoops, ses indignations, ses maladresses et ses nouvelles formules successives – sans oublier évidemment la fantaisie et l’ironie discrète dont Schuiten et Peeters parsèment cet album en forme de clin d’œil. Leur évocation s’achèvera, dernière pirouette, sur l’inéluctable disparition du journal, supplanté dans les goûts du public par une nouvelle génération de périodiques privilégiant… la photographie !

Biographie de François Schuiten

François Schuiten est né à Bruxelles le 26 avril 1956, dans une famille où l’architecture tient une grande place.

Il réalise deux albums avec Claude Renard : Aux médianes de Cymbiola et Le Rail. Avec son frère Luc, il élabore le cycle des Terres creuses. Depuis 1980, il travaille avec Benoît Peeters à la série Les Cités Obscures. Ses albums ont été traduits en une quinzaine de langues et ont obtenu de nombreux prix. Il a réalisé de nombreuses illustrations, affiches et timbres-poste partout en Europe.

François Schuiten a également conçu les stations de métro « Arts et Métiers » à Paris et « Porte de Hal » à Bruxelles, et scénographié divers spectacles d’opéra et de danse. Il a participé à la conception des films Taxandria, Les Quarxs, Mr Nobody et Mars et Avril. Il a conçu des pavillons pour plusieurs expositions universelles : le pavillon du Luxembourg à Séville en 1992, le parc thématique des utopies à Hanovre en 2000 – qui a accueilli cinq millions de visiteurs –, et le pavillon belge à l'Exposition mondiale de Aïchi (Japon) en 2005.

En 2002, il a obtenu le grand prix d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre.

Il a publié son premier livre en solo, La Douce, en 2012 et a conçu un musée du train, le Train World, qui a ouvert ses portes à Bruxelles en 2015.

Benoît Peeters est né à Paris le 28 août 1956. Après avoir publié deux romans, il s’est essayé aux genres les plus divers : essai, biographie, récit illustré, roman-photo, cinéma, télévision, théâtre radiophonique et bien sûr bande dessinée.

Spécialiste d’Hergé, il lui a consacré trois ouvrages qui ont fait date, Le monde d’Hergé, Hergé fils de Tintin, et Lire Tintin, les Bijoux ravis.

Il est également l’auteur de nombreux essais sur la bande dessinée, l’écriture en collaboration, Alfred Hitchcock, Jirô Taniguchi et Chris Ware, ainsi que des biographies de Jacques Derrida et Paul Valéry.

Outre François Schuiten, Benoît Peeters a collaboré avec des dessinateurs comme Alain Goffin, Anne Baltus et Frédéric Boilet, la photographe Marie-Françoise Plissart, et le cinéaste Raoul Ruiz.

Il a réalisé trois courts-métrages, plusieurs documentaires et un long métrage, Le Dernier Plan. Responsable de nombreuses expositions, il s’est occupé avec François Schuiten de l’aménagement scénographique de la Maison Autrique, premier édifice Art nouveau du grand architecte belge Victor Horta.


La série Les Cités obscures a obtenu le Grand Prix manga en 2013 au Japan Media Arts Festival.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire