Votre compte

Les Croix de bois


Ultimatum à la Serbie... Médiation anglaise... Refus de Berlin... Mobilisation russe... Etat de guerre en Allemagne ; puis le samedi 1er août 1914 dans l'après-midi la terrible nouvelle a éclaté comme un éclair... Dès le lendemain, des milliers d'hommes pressés de se battre se bousculaient devant les bureaux de recrutement pour s'engager.
Ceux qui s'offraient vaillamment au massacre, étaient-ce donc des dupes ? Les trompait-on en leur apprenant, dès l'enfance, que mourir pour la patrie était le sort le plus beau ?
Autant de questions qu'on n'ose poser à ces têtes aux orbites creuses. Je voudrais leur crier : "Non, votre sacrifice n'a pas été vain ! Votre vaillance a sauvé non seulement le pays, mais l'univers entier, que l'Allemagne eût écrasé sous son talon de fer; la dernière victoire n'est qu'une fille de la vôtre et les Grands d'à présent restent vos débiteurs". Mais à quoi bon ? On ne console pas les morts avec des discours...
Instruits par les événements, nous savons aujourd'hui qu'il faut oublier. Même si le coeur est muet, la raison nous l'ordonne : nous devons barrer d'un trait les années de guerre et celles de l'occupation. Oui, je veux oublier.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Version papier

14,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Croix de bois”

Fiche technique

Résumé

Ultimatum à la Serbie... Médiation anglaise... Refus de Berlin... Mobilisation russe... Etat de guerre en Allemagne ; puis le samedi 1er août 1914 dans l'après-midi la terrible nouvelle a éclaté comme un éclair... Dès le lendemain, des milliers d'hommes pressés de se battre se bousculaient devant les bureaux de recrutement pour s'engager.
Ceux qui s'offraient vaillamment au massacre, étaient-ce donc des dupes ? Les trompait-on en leur apprenant, dès l'enfance, que mourir pour la patrie était le sort le plus beau ?
Autant de questions qu'on n'ose poser à ces têtes aux orbites creuses. Je voudrais leur crier : "Non, votre sacrifice n'a pas été vain ! Votre vaillance a sauvé non seulement le pays, mais l'univers entier, que l'Allemagne eût écrasé sous son talon de fer; la dernière victoire n'est qu'une fille de la vôtre et les Grands d'à présent restent vos débiteurs". Mais à quoi bon ? On ne console pas les morts avec des discours...
Instruits par les événements, nous savons aujourd'hui qu'il faut oublier. Même si le coeur est muet, la raison nous l'ordonne : nous devons barrer d'un trait les années de guerre et celles de l'occupation. Oui, je veux oublier.

Biographie de Roland Dorgelès

Roland Dorgelès : journaliste et réformé, il obtient un passe-droit pour s'engager sur le front. Il en revient avec Les Croix de bois, un des tout premiers romans qui raconteront à ceux de l'arrière le quotidien des tranchées.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire