Votre compte

Les Disparus d’Ély


Il semble que ce soit maintenant une tradition : cet automne, le milieu littéraire a été de nouveau secoué par le kidnapping de neuf auteurs. Au moment de leur libération, neuf jours plus tard, on a pu constater qu’ils avaient respecté les volontés d’un certain marquis d’Ély en écrivant chacun une nouvelle, toutes rassemblées dans ce recueil. Selon leur témoignage, l’aventure fut aussi intrigante qu’inspirante, mais eux seuls savent réellement ce qui s’est passé. Cependant, ils ont bien voulu dévoiler le thème qui a uni leur création : MORTELS.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Disparus d’Ély”

Fiche technique

Résumé

Il semble que ce soit maintenant une tradition : cet automne, le milieu littéraire a été de nouveau secoué par le kidnapping de neuf auteurs. Au moment de leur libération, neuf jours plus tard, on a pu constater qu’ils avaient respecté les volontés d’un certain marquis d’Ély en écrivant chacun une nouvelle, toutes rassemblées dans ce recueil. Selon leur témoignage, l’aventure fut aussi intrigante qu’inspirante, mais eux seuls savent réellement ce qui s’est passé. Cependant, ils ont bien voulu dévoiler le thème qui a uni leur création : MORTELS.

Biographie de Stéphanie Boulay

Stéphanie Boulay se fait souvent appeler « la moitié blonde des sœurs Boulay », mais elle est aussi un être humain au complet. On dira d’elle qu’elle est une chanteuse qui écrit ; en réalité, elle est surtout une auteure qui chante, c’est juste que la chronologie des événements a tout mélangé. Enfant, Simon Boulerice chantait dans la cage d’escalier, parce que sa voix y résonnait beaucoup. Il croyait chanter aussi bien que Whitney Houston. Mais ce n’était pas le cas. Depuis que sa voix a mué, Simon se plait à danser, à écrire et à jouer. Jouer surtout, oui. Parce qu’il aime beaucoup rire. Il sort peu de chez lui. Il le reconnaît : il est un casanier qui sort un soir sur deux au théâtre. Il boit encore son jus d’orange à même le goulot. On ne lui a rien appris. Néanmoins, il a étudié en littérature (Cégep de Saint-Laurent et UQAM), puis en interprétation théâtrale (Cégep de Lionel-Groulx, promotion 2007). Depuis qu’il a fini l’école, il écrit plein de livres. Il tire avec bonheur dans toutes les directions : de la poésie, du théâtre, une série-web, des romans pour adultes, pour ados et pour enfants. Il ne faut pas trop lui en vouloir ; il a envie de parler à tout le monde. Jean-Paul Daoust a publié plus d’une quarantaine d’ouvrages de poésie et deux romans. Il a été lauréat du prix du Gouverneur général (1990) pour Les cendres bleues et du Grand prix Québecor du Festival international de la poésie (2009) pour Le vitrail brisé. Ses dernières parutions sont Les îles de la ponctuation, accompagnée d’oeuvres visuelles de Louise Prescott (2017), et Odes radiophoniques V (2018). Julien Deschênes a accumulé les programmes collégiaux et universitaires sans avoir une idée professionnelle concrète en tête. Durant son cursus scolaire diversifié, qui dallait le chemin le menant à sa propre découverte, il a commencé à écrire vers l’âge de douze ans sans grand sérieux. C’est vers seize ou dix-sept ans qu’est né le rêve qu’un jour, peut-être, il serait écrivain. Incapable de faire petit, Julien a commencé à voir grand, inventant des histoires sans queue ni tête, des histoires qu’il aime à qualifier de « n’importe quoi bien ficelé », à l’image de la mythique série La Tour sombre, de Stephen King. Accomplissement, sentiment vertigineux de satisfaction, la passion l’a piqué : il n’a jamais arrêté et a même décidé d’être plus sérieux, lui qui ne troquerait son rêve pour rien au monde. Voilà qu’il gagne un concours qui lui permet de participer à cette résidence littéraire, la première vraie dalle qui le mènera vers la réalisation de son objectif. Il entrera prochainement dans le programme de création littéraire àl’UQAM. Alexandra croit que le parcours créatif est étroitement lié aux trajectoires personnelles. Ses écrits sont ancrés dans le monde fascinant qui l’entoure et pour lequel elle se passionne. Elle est l’auteure du roman Gourganes (Stanké, 2017), basé sur son propre vécu en Afghanistan. Elle a également relaté son expérience au Burkina Faso dans le magazine Lettres québécoises (« L’harmattan », septembre 2018). Depuis plus de 15 ans, elle gère des projets à vocation sociale, ici ou à l’étranger. Jonathan Harnois naît à Joliette, en 1981. Son premier roman, Je voudrais me déposer la tête (finaliste prix Anne-Hébert 2006), est adapté au théâtre par Claude Poissant en 2007. Il fait ensuite sa marque comme parolier (Dumas, Alex Nevsky, Vincent Vallières, Nicolas Gémus, Safia Nolin, Richard Séguin…), tout en se spécialisant dans la direction de grands projets d’écriture collective (Nos forêts chantées, Je suis un arbre sans feuille…). Née en 1991, Natasha Kanapé Fontaine est innue, originaire de Pessamit, sur la Côte-Nord. Poète, artiste multidisciplinaire et militante pour les droits autochtones et environnementaux, elle vit à Montréal. Sa démarche artistique et littéraire tend à rassembler les peuples divergents par le dialogue, l’échange, le partage des valeurs, en passant par le « tannage des peaux ». Avec la poésie, elle berce l’Environnement et entame un processus de guérison avec lui. Natasha Kanapé Fontaine lutte contre le racisme, la discrimination ainsi que les mentalités coloniales par la prise de parole, les arts et la poésie. Pascale Montpetit travaille au théâtre, à la télévision et au cinéma depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, en 1985. Elle a touché autant la création que le répertoire classique. Elle aime les mots et a fait de nombreuses lectures de textes littéraires sur scène et à la radio. À l’invitation de Véronique Marcotte, elle saute à pieds joints dans cette aventure d’écriture, une première.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire