Votre compte

Les formes premières du droit en Occident


Cinq siècles avant notre ère, les Romains ont dessiné les traits d’une forme première du droit nommée ius. Fondatrice, des siècles d’histoire n’altèreront pas ses particularités : autonomie à l’égard du religieux, du sacré et dans une certaine mesure, du pouvoir politique. De même, le temps n’altèrera pas sa capacité à créer pour elle-même de nombreuses figures institutionnelles — la filiation, la paternité, la propriété, le contrat — distinctes des réalités sociales auxquelles elles correspondent. Mais on est encore très loin du développement d’un droit écrit. Longtemps, le ius ne s’est référé qu’à la loi des Douze Tables, premier corpus de lois romaines écrites qui prenait la forme d’une collection de brèves phrases proverbiales, ou à des recueils de formules rituelles. Aussi a-t-on cherché, en quête d’une anthropologie universelle de la parole comme fondatrice de la norme, une voie d’accès à la naissance du droit dans l’étude des sociétés sans écriture. Cette démarche redonne tout son sens à une évidence longtemps négligée et incomprise par l’historiographie : le ius fut d’abord une parole jurée, une parole de paix. Autour de cette parole première en gravitent d’autres : celles de la loi, de l’interprète, du magistrat, du titulaire d’offices sacerdotaux ou encore du citoyen. Robert Jacob reconstitue par là un ensemble rituel cohérent, dont l’analyse permet de poser un regard neuf sur les commencements de la culture juridique occidentale.

Ce livre est classé dans les catégories :

23,99 €
?

Version papier

32,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les formes premières du droit en Occident”

Fiche technique

Résumé

Cinq siècles avant notre ère, les Romains ont dessiné les traits d’une forme première du droit nommée ius. Fondatrice, des siècles d’histoire n’altèreront pas ses particularités : autonomie à l’égard du religieux, du sacré et dans une certaine mesure, du pouvoir politique. De même, le temps n’altèrera pas sa capacité à créer pour elle-même de nombreuses figures institutionnelles — la filiation, la paternité, la propriété, le contrat — distinctes des réalités sociales auxquelles elles correspondent. Mais on est encore très loin du développement d’un droit écrit. Longtemps, le ius ne s’est référé qu’à la loi des Douze Tables, premier corpus de lois romaines écrites qui prenait la forme d’une collection de brèves phrases proverbiales, ou à des recueils de formules rituelles. Aussi a-t-on cherché, en quête d’une anthropologie universelle de la parole comme fondatrice de la norme, une voie d’accès à la naissance du droit dans l’étude des sociétés sans écriture. Cette démarche redonne tout son sens à une évidence longtemps négligée et incomprise par l’historiographie : le ius fut d’abord une parole jurée, une parole de paix. Autour de cette parole première en gravitent d’autres : celles de la loi, de l’interprète, du magistrat, du titulaire d’offices sacerdotaux ou encore du citoyen. Robert Jacob reconstitue par là un ensemble rituel cohérent, dont l’analyse permet de poser un regard neuf sur les commencements de la culture juridique occidentale.

Biographie de Robert Jacob

Cinq siècles avant notre ère, les Romains ont dessiné les traits d’une forme première du droit nommée ius. Fondatrice, des siècles d’histoire n’altèreront pas ses particularités : autonomie à l’égard du religieux, du sacré et dans une certaine mesure, du pouvoir politique. De même, le temps n’altèrera pas sa capacité à créer pour elle-même de nombreuses figures institutionnelles — la filiation, la paternité, la propriété, le contrat — distinctes des réalités sociales auxquelles elles correspondent. Mais on est encore très loin du développement d’un droit écrit. Longtemps, le ius ne s’est référé qu’à la loi des Douze Tables, premier corpus de lois romaines écrites qui prenait la forme d’une collection de brèves phrases proverbiales, ou à des recueils de formules rituelles. Aussi a-t-on cherché, en quête d’une anthropologie universelle de la parole comme fondatrice de la norme, une voie d’accès à la naissance du droit dans l’étude des sociétés sans écriture. Cette démarche redonne tout son sens à une évidence longtemps négligée et incomprise par l’historiographie : le ius fut d’abord une parole jurée, une parole de paix. Autour de cette parole première en gravitent d’autres : celles de la loi, de l’interprète, du magistrat, du titulaire d’offices sacerdotaux ou encore du citoyen. Robert Jacob reconstitue par là un ensemble rituel cohérent, dont l’analyse permet de poser un regard neuf sur les commencements de la culture juridique occidentale.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire