Votre compte

Les Indiens de l'Ouest canadien vus par les Oblats


Dès l'ouverture de l'Ouest canadiens à la colonisation, les missionnaires s'y montrent immédiatement fort actifs, ils multiplient les missions destinées à évangéliser les indiens des Prairies. Arrivés au milieu du XIXe siècle, les Oblats, pour leur part, développent l'habitude de photographier les membres des différentes tribus avec lesquelles ils entrent en contact: Peigans, Pieds-Noirs, Gens-du-Sang, Dénés et Inuits. Accumulées au fil des ans, la plupart de leurs photos ont été sauvegardées. Elles composent actuellement une remarquable collection d'environ 40000 clichés conservés principalement aux Archives provinciales de l'Alberta. Qu'est-ce qui incitait les Oblats à prendre ces photos? Une curiosité ethnologique? Un goût pour l'exotisme? L'étude de cette large documentation démontre que le contexte, les acteurs et les objets photographiés reflètent une nette volonté des missionnaires d'associer l'Amérindien à leur idéal évangélisateur et civilisateur. La Photographie devenait sans doute un moyen symbolique de les «rendre comme eux». Quand à ceux qui ne sont pas de la «famille chrétienne», un cadre d'exclusion marque bien la distance qui les sépare des missionnaires. On le constatera facilement à l'examen des photos. Le Corpus photographique présenté ici est d'une valeur inestimable. Cet ouvrage en montre l'exceptionnelle richesse. Anne-Hélène Kerbiriou est originaire de Bretagne. Elle a obtenu un doctorat en ethnologie de l'Université Laval en 1994.

Ce livre est classé dans les catégories :

21,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Indiens de l'Ouest canadien vus par les Oblats”

Fiche technique

Résumé

Dès l'ouverture de l'Ouest canadiens à la colonisation, les missionnaires s'y montrent immédiatement fort actifs, ils multiplient les missions destinées à évangéliser les indiens des Prairies. Arrivés au milieu du XIXe siècle, les Oblats, pour leur part, développent l'habitude de photographier les membres des différentes tribus avec lesquelles ils entrent en contact: Peigans, Pieds-Noirs, Gens-du-Sang, Dénés et Inuits. Accumulées au fil des ans, la plupart de leurs photos ont été sauvegardées. Elles composent actuellement une remarquable collection d'environ 40000 clichés conservés principalement aux Archives provinciales de l'Alberta. Qu'est-ce qui incitait les Oblats à prendre ces photos? Une curiosité ethnologique? Un goût pour l'exotisme? L'étude de cette large documentation démontre que le contexte, les acteurs et les objets photographiés reflètent une nette volonté des missionnaires d'associer l'Amérindien à leur idéal évangélisateur et civilisateur. La Photographie devenait sans doute un moyen symbolique de les «rendre comme eux». Quand à ceux qui ne sont pas de la «famille chrétienne», un cadre d'exclusion marque bien la distance qui les sépare des missionnaires. On le constatera facilement à l'examen des photos. Le Corpus photographique présenté ici est d'une valeur inestimable. Cet ouvrage en montre l'exceptionnelle richesse. Anne-Hélène Kerbiriou est originaire de Bretagne. Elle a obtenu un doctorat en ethnologie de l'Université Laval en 1994.

Biographie d’Anne-Hélène Kerbiriou

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire