Votre compte

Les Mots des femmes


La France a longtemps passé pour le pays des femmes. Elle a pourtant la réputation d'être aussi celui d'un féminisme timoré qui a tardé plus qu'ailleurs à asseoir ses conquêtes. D'où vient cette timidité? Et pourquoi le discours du féminisme extrémiste trouve-t-il en France si peu d'écho?

C'est ce paradoxe qu'explore le livre de Mona Ozouf, en cherchant à écouter et à faire entendre " les mots des femmes ", ceux qu'elles ont choisis elles-mêmes pour décrire la féminité. Ainsi se succèdent les figures et les voix de Madame du Deffand, Madame de Charrière, Madame Roland, Madame de Staël, Madame de Rémusat, George Sand, Hubertine Auclert, Colette, Simone Weil, Simone de Beauvoir.

La traversée de cette galerie fait découvrir la diversité inventive des cheminements féminins. Elle met en valeur une singularité française dont l'essai qui clôt cet ouvrage restitue l'histoire et les contours.

Mona Ozouf, directeur de recherche au C.N.R.S., a consacré l'essentiel de son oeuvre à la Révolution française, à l'histoire de l'Ecole et à l'idée républicaine. Elle est l'auteur notamment de La Fête révolutionnaire (1976), de L'Ecole de la France (1984) et, avec Jacques Ozouf, de La République des instituteurs (1992).

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

14,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Mots des femmes”

Fiche technique

  • Auteur : Mona Ozouf
  • Éditeur : Fayard
  • Collection : Esprit de la Cité
  • Date de parution : 01/04/14
  • EAN : 9782213664996
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 402
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

La France a longtemps passé pour le pays des femmes. Elle a pourtant la réputation d'être aussi celui d'un féminisme timoré qui a tardé plus qu'ailleurs à asseoir ses conquêtes. D'où vient cette timidité? Et pourquoi le discours du féminisme extrémiste trouve-t-il en France si peu d'écho?

C'est ce paradoxe qu'explore le livre de Mona Ozouf, en cherchant à écouter et à faire entendre " les mots des femmes ", ceux qu'elles ont choisis elles-mêmes pour décrire la féminité. Ainsi se succèdent les figures et les voix de Madame du Deffand, Madame de Charrière, Madame Roland, Madame de Staël, Madame de Rémusat, George Sand, Hubertine Auclert, Colette, Simone Weil, Simone de Beauvoir.

La traversée de cette galerie fait découvrir la diversité inventive des cheminements féminins. Elle met en valeur une singularité française dont l'essai qui clôt cet ouvrage restitue l'histoire et les contours.

Mona Ozouf, directeur de recherche au C.N.R.S., a consacré l'essentiel de son oeuvre à la Révolution française, à l'histoire de l'Ecole et à l'idée républicaine. Elle est l'auteur notamment de La Fête révolutionnaire (1976), de L'Ecole de la France (1984) et, avec Jacques Ozouf, de La République des instituteurs (1992).

Biographie de Mona Ozouf

Née en 1931, Mona Ozouf est historienne et philosophe. Ancienne élève de l'École normale supérieure, elle est agrégée en philosophie. Membre du Centre de recherches politiques Raymond Aron, à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), elle est directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique. Elle collabore régulièrement au Nouvel Observateur et à la revue Le Débat.Spécialiste des questions se rapportant à l'école publique et à la Révolution française, Mona Ozouf a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels, Les Aveux du roman. Le XIXe siècle entre Ancien Régime et Révolution (Fayard, 2001), Le Langage blessé : Reparler après un accident cérébral (Albin Michel, 2001), Une autre République, 1791 : L'occasion et le destin d'une initiative républicaine, avec Laurence Cornu (L'Harmattan, 2004), Varennes. La mort de la royauté, 21 juin 1791 (Gallimard, 2005), prix des Ambassadeurs, Jules Ferry (Bayard, 2005) et L'École, l'Église et la République : 1874-1914 (Points, 2007).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire